L’austérité nuit surtout aux femmes

Londres — Les politiques d’austérité nuisent à la promotion et à la place des femmes dans le monde du travail, selon un rapport ONU Femmes rendu public lundi.

Dans son rapport, l’entité des Nations unies pour l’égalité des sexes et l’autonomisation des femmes déplore qu’à « une époque de richesses mondiales sans précédent » des millions de femmes soient encore « reléguées à des emplois peu rémunérés et de qualité médiocre » et se voient encore « refuser les soins de santé de base ainsi que l’accès à de l’eau propre et à des systèmes d’assainissement décents ».

Dans le monde, le salaire moyen des femmes est toujours inférieur de 24 % à celui des hommes, un écart qui s’amplifie encore si les femmes ont des enfants. « De Wall Street aux champs de canne à sucre, les normes entre les deux sexes se font au détriment des femmes », a souligné la directrice générale d’ONU Femmes, Phumzile Mlambo-Ngcuka, lundi à Londres.

Dans les pays européens, les politiques d’austérité mises en place ont doublement nui à la cause des femmes qui sont à la fois plus dépendantes des services publics au quotidien et y sont aussi davantage représentées au niveau de l’emploi. « Afin de développer des économies plus justes et plus durables, qui fonctionnent pour les femmes et les hommes, un avenir avec plus d’austérité et de coupes budgétaires ne conviendra plus », souligne le rapport, publié vingt ans après la quatrième Conférence mondiale sur les femmes à Pékin qui avait établi un programme ambitieux pour faire progresser l’égalité de genre.

Dans les régions en développement, note le rapport, jusqu’à 95 % des emplois occupés par les femmes ne sont pas protégés par les lois sur le travail et ne bénéficient pas de protection sociale. Mais dans les pays occidentaux aussi, les écarts restent importants. En France et en Suède, sur toute une vie, une femme peut s’attendre à gagner 31 % de moins qu’un homme. En Allemagne et en Turquie, c’est même respectivement 49 % et 75 % de moins.

« Un des principaux problèmes est que le fardeau du travail à la maison repose souvent encore entièrement sur les femmes, qu’il s’agisse de s’occuper des enfants ou des personnes âgées, ou de marcher des kilomètres tous les jours pour aller chercher de l’eau », a ajouté Phumzile Mlambo-Ngcuka.

Les femmes sont reléguées à un ensemble limité de professions sous-évaluées, note encore le rapport, et 83 % des travailleurs domestiques dans le monde sont des femmes, dont près de la moitié n’a pas droit au salaire minimum.

Même constat au Québec
Le Québec n’y échappe pas. Les femmes du Québec subissent davantage que les hommes les dommages collatéraux de la plus récente crise économique. Elles ont été plus durement atteintes par les mesures d’austérité mises en place pour rétablir l’équilibre budgétaire et n’ont pas été favorisées autant que les hommes par la relance économique, concluait une étude dévoilée au début de mars par l’Institut de recherche et d’informations socio-économiques (IRIS).

Ainsi, contrairement à ce qu’affirme le gouvernement Couillard, les mesures imposées pour redresser les finances publiques du Québec ne sont pas « neutres » et « technocratiques » : elles portent un coup plus dur aux femmes qu’aux hommes, soulignait l’IRIS. Les chercheurs avaient analysé 192 mesures contenues dans des budgets adoptés, des mises à jour économiques et des énoncés budgétaires rendus publics entre novembre 2008 et aujourd’hui. Ils ont constaté qu’un fossé de près de 7 milliards de dollars s’est creusé entre les hommes et les femmes au cours de cette période.

« Les mesures de relance économique ont surtout favorisé les hommes, car elles étaient axées sur le secteur de la construction. » Du côté des mesures d’austérité, les femmes ont été particulièrement affectées parce qu’elles occupent près de 75 % des emplois relevant de l’État, ajoutait le groupe de recherche. Les effets des coupes dans la masse salariale des ministères ou dans des secteurs comme la santé et l’éducation ont donc été plus grands chez les femmes que les hommes.

L’Intersyndicale des femmes et Relais-femmes ont participé au financement de l’étude de l’IRIS.

À voir en vidéo