L’emploi à temps partiel sauve le mois de mars

Le taux de chômage est resté stable à 6,8 % en mars, alors que près de 29 000 emplois de plus ont été créés par rapport au mois précédent.
Photo: Getty Images Le taux de chômage est resté stable à 6,8 % en mars, alors que près de 29 000 emplois de plus ont été créés par rapport au mois précédent.

Ottawa — L’économie canadienne a affiché vendredi un gain net inattendu au chapitre des nouveaux emplois pour le mois de mars, alors que davantage de personnes ont déniché du travail à temps partiel.

Selon l’enquête sur la population active de Statistique Canada, le taux de chômage est resté stable à 6,8 % en mars, alors que près de 29 000 emplois de plus ont été créés par rapport au mois précédent.

Le taux de chômage est conforme aux attentes des économistes, qui croyaient cependant qu’aucun nouvel emploi n’aurait vu le jour en mars, selon les prévisions recueillies par Thomson Reuters. « La barre avait été placée très bas pour ce rapport sur l’emploi, et il l’a passée », a observé l’économiste en chef de la Banque de Montréal, Douglas Porter, dans une note aux investisseurs. « Même si les détails sont, au mieux, mitigés, n’importe quel gain est préférable à l’alternative, compte tenu des difficultés de l’économie en ce début de 2015. Dans l’ensemble, il reste que le marché du travail réussit à dégager de très modestes gains dans une économie qui réussit à dégager une très modeste croissance. »

Le gain a été alimenté par le plus grand nombre de personnes qui ont trouvé un emploi à temps partiel, a précisé Statistique Canada. Le nombre d’emplois à temps partiel a avancé de 56 800 en mars, ce qui a contrebalancé la perte nette de 28 200 emplois à temps plein.

Pour le premier trimestre de l’année, l’économie a cumulé un gain net de 63 000 emplois, essentiellement des emplois à temps partiel, a précisé l’agence fédérale. Mais Statistique Canada a aussi souligné que depuis mars 2014, l’économie avait gagné 138 000 emplois, surtout des emplois à temps plein.

Selon l’économiste en chef de Marchés mondiaux CIBC, Avery Shenfeld, les chiffres du mois de mars enlèvent un peu de pression sur la Banque du Canada pour qu’elle réduise davantage ses taux d’intérêt lors de sa décision prévue la semaine prochaine. « Tout considéré, ces données apporteront une dose d’optimisme rendue nécessaire après le déluge de faibles données pour les mois de janvier et février », a estimé M. Shenfeld dans une note aux investisseurs. « Cela diminue certainement la probabilité de voir une baisse des taux d’intérêt dans les semaines à venir, même si ces données sont volatiles d’un mois à l’autre. »

Selon le rapport de Statistique Canada, la Saskatchewan a connu en mars sa première hausse notable de l’emploi depuis septembre, son taux de chômage ayant reculé de 0,6 point de pourcentage à 4,4 % et la province ayant accueilli 7000 nouveaux travailleurs. Peu de changements ont été observés en Alberta, les gains dans l’emploi à temps partiel ayant contrebalancé les pertes d’emplois à temps plein.

Statistique Canada a remarqué une pointe dans le nombre de femmes plus âgées qui ont déniché un emploi en mars. Le nombre de femmes de plus de 55 ans qui détenaient un emploi a grimpé de 18 000 le mois dernier, tandis qu’il n’y a pas eu grand changement dans les données pour les hommes de la même catégorie d’âge. Au cours de la dernière année, la plupart des gains du nombre total d’emplois étaient attribuables aux personnes âgées de plus de 55 ans. Ce groupe a accueilli 96 000 nouveaux travailleurs sur 12 mois, une augmentation de 2,8 %.

Temps plein au Québec

Au Québec, le travail à temps partiel a reculé de 8500 emplois, tandis que celui à temps plein a augmenté de 13 800 emplois, pour un gain net de 5300 emplois. Le taux de chômage a malgré tout grimpé de 0,1 point à 7,5 %, ce qui était attribuable à une légère hausse de la population active.

Sur une base trimestrielle l’emploi a progressé au Québec de 29 600 ou de 0,7 % au premier trimestre de 2015, après une stabilité au quatrième trimestre, alors qu’il varie peu en Ontario (–0,1 %) et au Canada (+0,2 %), selon l’Institut de la statistique du Québec (ISQ). Par rapport au quatrième trimestre 2014, 23 500 personnes s’ajoutent à la population active. « Le taux de chômage du Québec diminue de 0,2 point à 7,4 % ; il s’agit de son plus bas niveau depuis le premier trimestre 2013. Ce taux demeure toutefois supérieur à celui de l’Ontario (stable à 6,9 %) et du Canada (stable à 6,7 %). Quant au taux d’emploi, il progresse de 0,4 point à 59,9 % au Québec ; il fléchit de 0,2 point en Ontario (60,8 %) et reste stable au Canada (61,4 %). De son côté, le taux d’activité augmente de 0,3 point à 64,7 % au Québec, alors que, à l’instar du taux d’emploi, il se replie en Ontario (–0,3 point à 65,3 %) et reste stable au Canada (65,8 %) », a noté l’ISQ.

À voir en vidéo