Le cycle de Doha passe à la vitesse supérieure

Genève — Les négociations à l’Organisation du commerce mondial (OMC) sur la libéralisation du commerce mondial sont passées à la vitesse supérieure, avec plusieurs propositions mises sur la table, a indiqué jeudi son directeur général, Roberto Azevedo.

Les 160 pays membres de l’OMC se sont donnés jusqu’à juillet pour établir ce programme de travail.

« En ce moment, les négociations sont en train de changer de vitesse de façon très claire », a déclaré M. Azevedo en conférence de presse.

« Actuellement, un certain nombre de délégations explorent de nouvelles approches, […] des propositions sont mises sur la table, et il y a beaucoup de discussions », a ajouté le Brésilien, sans toutefois donner de précisions sur ces propositions.

Il a estimé que la phase d’identification des « problèmes » et « différences » était en train d’être finalisée. « Je pense que nous nous dirigeons » vers une situation « où nous essayons de trouver des solutions pour surmonter ces différences ».

L’OMC essaie depuis près de 15 ans de mener et conclure des négociations visant à libéraliser le commerce international, connu sous le nom de cycle de Doha [car lancé à Doha, au Qatar, en 2001].

Jusqu’à présent, il n’y a pas eu de résultats tangibles, les positions étant trop éloignées entre pays riches et pays en développement.

Cependant un pas a été franchi l’année dernière, l’OMC ayant réussi à boucler le dossier de l’accord douanier, appelé accord sur la facilitation des échanges.

L’accord douanier est le premier accord multilatéral conclu par l’OMC depuis sa création il y a 20 ans. Et depuis novembre dernier, les pays membres ont entamé le processus de ratification formelle de l’accord. Celui-ci entrera en vigueur lorsque les deux tiers des pays membres l’auront ratifié.

L’OMC compte 160 pays membres, mais il en comptera un de plus dans environ un mois. Le président des Seychelles, ce très touristique archipel de l’océan Indien peuplé de 90 000 habitants, a en effet signé mercredi les derniers documents relatifs à l’adhésion de son pays à l’OMC.