La chute des prix du pétrole coûtera 4,3 milliards à Ottawa

Joe Oliver a reporté à avril le dépôt de son budget pour tenir compte des effets de la chute des prix du pétrole.
Photo: Archives La Presse canadienne Joe Oliver a reporté à avril le dépôt de son budget pour tenir compte des effets de la chute des prix du pétrole.

L’effondrement des cours du pétrole pourrait creuser un trou de 4,3 milliards dans les finances du gouvernement conservateur et déclencher une récession en Alberta, mais l’économie québécoise en sortira vraisemblablement gagnante, selon le Conference Board du Canada.

Le groupe de recherche, qui voit le cours du pétrole passer de moins de 50 $ à 60 $ d’ici la fin de 2015, estime que l’impact de la récente chute retranchera l’équivalent de 0,4 % à la croissance de l’économie canadienne mais ajoutera 0,8 % à celle du Québec.

La dégringolade a forcé plusieurs gouvernements — tant les exportateurs que les importateurs — à refaire leurs calculs depuis l’automne. Le secteur énergétique sera à nouveau en vedette ce matin lors de l’annonce du taux directeur de la Banque du Canada, pour laquelle l’impact du prix des hydrocarbures est un élément clé des prévisions économiques.

Au final, a affirmé mardi le Conference Board, l’économie québécoise pourrait croître d’un peu plus de 2 %, comparativement à un peu moins de 3 % pour l’Ontario. Le produit intérieur brut du Canada dans son ensemble progressera d’environ 2 %.

« L’effet d’une devise en baisse et d’une stimulation des exportations est positif, à divers degrés »,dans toutes les provinces sauf l’Alberta, la Saskatchewan et Terre-Neuve, a écrit le Conference Board. Pour le Québec, la diminution des prix du carburant pourrait se traduire par des commandes supplémentaires pour le secteur aéronautique, bien que le rapport note que les carnets de commandes de certaines entreprises « sont déjà bien remplis ».

Le Conference Board apporte cependant des nuances au sujet du Québec et de l’Ontario. « Ces provinces n’ont pas la capacité industrielle pour tirer pleinement profit de la demande supplémentaire en exportations à court terme. Des investissements additionnels seront nécessaires afin de permettre à l’Ontario et au Québec de profiter du dollar faible et de la croissance américaine. »

En parallèle, les économistes du Mouvement Desjardins ont eux aussi souligné mardi l’effet stimulateur de la baisse des prix de l’énergie sur l’activité québécoise. Ils prévoient une croissance économique de 1,7 % en 2015, mais de 1,5 % en 2016, quand les prix remonteront et que la croissance de l’économie américaine sera moins forte.

Dans l’intervalle, avait signalé le Mouvement Desjardins en décembre, la diminution du prix de l’essence représente une économie globale de 2 milliards pour les ménages, les administrations publiques et les entreprises.

Manufacturiers et exportateurs du Québec prévoit déjà une hausse de 15 % des exportations vers les États-Unis cette année, ce qu’il explique notamment par la forte reprise économique en sol américain.

À Québec et à Ottawa

Lors de sa mise à jour économique publiée au mois de décembre, le gouvernement Couillard a prévu une croissance de 1,9 % en 2015 pour faire suite à celle de 1,6 % en 2014. Le ministre des Finances, Carlos Leitão, a déjà dit que la conjoncture est bonne pour le Québec, car la diminution du prix de l’essence est bénéfique pour la consommation et les exportations.

« Le Québec est un importateur net de pétrole. Il devrait ainsi bénéficier de la récente baisse des cours pétroliers avec, notamment, un allégement de la charge des dépenses en essence pour les consommateurs et les entreprises », a indiqué le ministère des Finances dans ses documents du 2 décembre.

Le gouvernement Harper a récemment décidé, à la surprise générale, de reporter jusqu’en avril le dépôt de son budget. L’opposition a accusé Ottawa de vouloir simplement gagner du temps dans l’espoir que les cours du pétrole se rétablissent.

Le gouvernement fédéral a levé le rideau en octobre sur deux mesures qui coûteront au Trésor 4,6 milliards de dollars par année : le fractionnement du revenu chez les couples et l’augmentation des prestations pour enfants remises aux parents.

Le premier ministre Stephen Harper, dont le gouvernement veut atteindre l’équilibre budgétaire dès 2015-2016, a affirmé le mois suivant que la chute du cours du pétrole ne constitue pas une menace à cet objectif. C’est optimiste, a sous-entendu la semaine dernière un économiste de la Banque TD, selon lequel les exercices 2015-2016 et 2016-2017 seront déficitaires.

5 commentaires
  • Jean-Pierre Lusignan - Abonné 21 janvier 2015 07 h 36

    Augmentation des revenus gouvernementaux liée à la faiblesse du dollar canadien

    La reprise américaine, alliée à la baisse du dollar canadien, rendra une partie des entreprises canadiennes exportatrices, en particulier celles situées au Québec et en Ontario, plus compétitives avec comme résultat net une diminution du chômage et la création de bons emplois. Cela aussi devrait bénéficier aux gouvernements fédéral et provinciaux? En aurons-nous une idée ?

  • Bernard Terreault - Abonné 21 janvier 2015 08 h 40

    facile

    Le gouvernement va perdre 4 milliards de redevances mais les consommateurs vont éparger de 10 à 15 milliards. Que le gouvernement impose une taxe de 10 cents le litre, et il récupérera ses 4 milliards, et le consommateur restera gagnant!

  • Yves Corbeil - Inscrit 21 janvier 2015 08 h 50

    Un ptit effort les Québecois

    On achète un Saskatchewanais et deux Albertains.

  • Sylvain Auclair - Abonné 21 janvier 2015 10 h 41

    Mauvaise gestion

    Les recettes tirées de l'exploitation d'une ressource naturelle non renouvelable ne devraient pas constituer des revenus pour les gouvernements, mais devraient être placées dans un fonds à long terme -- on troque un actif (géologique) contre un autre actif (financier) -- et investies à l'étranger (pour éviter le syndrome hollandais). C'est ce que fait la Norvège avec ses deux fonds souverains: le premier, financé par les cotisations des travailleurs, investit principalement en Norvège; le second, financé par les revenus pétroliers, investit exclusivement à l'étranger.
    Comme ça, le gouvernement n'est pas dans le rouge dès que le cours du pétrole baisse, et l'industrie norvégienne peut continuer à se développer.

  • Benoît Gagnon - Inscrit 21 janvier 2015 12 h 33

    Diversification

    Enseignons un nouveau terme aux conservateurs : La diversification de l'économie.

    Malheureusement, je crains fort que cet avant-goût de l'après-pétrole ne réveille pas grand monde dans l'Ouest... Ils reprendront de plus belle leurs activités une fois la baisse du prix passée, fonçant encore plus vite inévitablement vers un mur qui, cette fois, ne sera pas si facile à contourner.