Le salaire horaire minimum passera à 10,55 $ le 1er mai

Québec ajoute 20 ¢ au salaire minimum, soit une hausse de 1,9 %. Trop peu dans un contexte d’austérité par surcroît, dénoncent les uns. Une hausse juste et équilibrée, rétorquent les autres.

À compter du 1er mai 2015, le tarif horaire passera de 10,35 $ à 10,55 $. Pour les employés à pourboire, il passera à 9,05 $, soit une hausse de 15 ¢. Le ministre du Travail, Sam Hamad, a soutenu que « le gouvernement a trouvé le chemin de l’équilibre, entre l’incitation à retourner sur le marché du travail et la hausse des charges des entreprises ».

« Notre objectif, c’est d’encourager les prestataires d’aide sociale, particulièrement les jeunes, à retourner sur le marché du travail, a déclaré le ministre en conférence de presse. Il faut que les gens sachent ou sentent que travailler, c’est plus payant. […] Le but, ce n’est pas de stimuler l’économie, c’est d’aider les gens au salaire minimum à avoir un minimum de qualité de vie. »

En réaction, la CSN a qualifié la hausse d’« austère ». Le président de la Centrale, Jacques Létourneau, a rappelé qu’« avec ses mesures d’austérité, le gouvernement Couillard privatisera des services et imposera des tarifs qui étrangleront une partie importante de la population qui n’aura plus accès à des services indispensables […] En outre, il est clair que la ponction de 300 millions aux municipalités entraînera des hausses de loyer, alors que le sous-financement des organismes communautaires menace leur existence. Cette hausse du salaire minimum est tout à fait insuffisante ».

Pour sa part, la Fédération canadienne de l’entreprise indépendante estime que cette hausse affiche une certaine stabilité par rapport à l’an dernier. « Nous demandons d’année en année d’éviter les hausses trop marquées, de les maintenir près de l’inflation et de s’assurer que le ratio du salaire minimum par rapport au salaire moyen demeure raisonnable. On constate que c’est la voie que semble avoir suivie le gouvernement cette année », a déclaré Martine Hébert, vice-présidente principale et porte-parole nationale de la FCEI. La dernière hausse avait été de 25 ¢, ou de 2,5 %.

En Ontario, le salaire minimum général se situe à 11 $ l’heure depuis juin dernier.