Les travailleurs du privé restent mieux payés que ceux de l’État

Les conventions collectives des employés des secteurs public et parapublic arriveront à échéance le 31 mars prochain.
Photo: Jacques Nadeau Les conventions collectives des employés des secteurs public et parapublic arriveront à échéance le 31 mars prochain.

L’écart entre la rémunération globale des employés de l’administration québécoise et l’ensemble des autres travailleurs québécois est demeuré stable au cours de la dernière année, mais a presque doublé depuis 2009. De quoi mettre la table pour les négociations à venir entre le gouvernement provincial et ses employés.

Les plus récentes données sur la rémunération des salariés dévoilées jeudi par l’Institut de la statistique du Québec (ISQ) indiquent que la rémunération globale des employés de la fonction publique québécoise, des commissions scolaires, des cégeps et du réseau de la santé est de 7,6 % inférieure à celle des autres salariés québécois, c’est-à-dire les employés des entreprises privées de 200 travailleurs ou plus et ceux des administrations à caractère public, comme les municipalités ou les universités. « La parité est toutefois notée vis-à-vis du secteur privé », souligne-t-on dans le rapport.

La rémunération globale tient compte du salaire, des avantages sociaux et des heures de présence au travail. L’écart constaté dans le rapport 2014 est en baisse par rapport à celui enregistré en 2013 (8,3 %), mais cette différence n’est pas statistiquement significative, note l’ISQ.

Le retard de l’administration québécoise sur les autres salariés québécois est passé de 3,7 % en 2009 à 7,6 % en 2014. La situation des employés de l’État par rapport au secteur privé est toutefois demeurée stable au cours de cette période.

Affrontement en vue

Même si l’écart entre la rémunération globale de l’administration québécoise et des autres travailleurs québécois ne s’est pas accentué entre 2013 et 2014, les syndicats du secteur public regroupés au sein du « front commun » ont sauté sur l’occasion pour interpeller le gouvernement. « Nos demandes ne sont pas déconnectées de la réalité, mais bien collées sur ce que l’ISQ nous rappelle encore une fois aujourd’hui, à savoir que les employés de l’État québécois sont sous-payés par rapport aux autres travailleurs québécois », a déclaré la porte-parole du Secrétariat intersyndical des services publics (SISP), Lucie Martineau.

« Les femmes, qui représentent 75 % de la main-d’oeuvre du secteur public, sont directement touchées par cette discrimination salariale, a ajouté la vice-présidente de la CSN, Francine Lévesque. Le gouvernement doit saisir l’occasion offerte par l’actuelle négociation du secteur public pour répondre une fois pour toutes à ce problème criant. »

Les conventions collectives des employés des secteurs public et parapublic arriveront à échéance le 31 mars prochain. Le Front commun syndical, qui regroupe la CSN, la FTQ et le SISP, a donc officiellement déposé ses demandes au Conseil du trésor à la fin du mois d’octobre.

Les syndicats réclament une hausse salariale de 13,5 % sur trois ans, soit 4,5 % par année. Les demandes comprennent toutefois une clause qui pourrait faire augmenter encore davantage les salaires. Celle-ci prévoit un « redressement supplémentaire » équivalant à la portion de la croissance du PIB dépassant 1 %. Concrètement, une hausse du PIB réel de 2 % en 2015, tel qu’anticipé dans le budget Leitao, se traduirait par une augmentation supplémentaire de 1 %.

Le gouvernement devrait présenter son offre avant la fin de l’année ou au début de l’année 2015. Débuteront ensuite des négociations qui s’annoncent houleuses. Fin octobre, le président du Conseil du trésor, Martin Coiteux, n’avait pas hésité à montrer ses couleurs. « Ce sont des demandes qui, à leur face même, apparaissent venir d’une époque où on s’endettait pour payer les dépenses d’épicerie, chose que nous ne ferons plus », avait-il lancé lors d’un point de presse.

À voir en vidéo