La croissance sera moins forte que prévu, dit Carlos Leitão

Le ministre des Finances, Carlos Leitão
Photo: Jacques Nadeau Le Devoir Le ministre des Finances, Carlos Leitão

La cible de croissance économique prévue dans le budget Leitão pour l’année en cours sera revue à la baisse lors de la mise à jour économique et financière attendue à la fin novembre, a indiqué lundi le ministre des Finances.

« On avait prévu dans le budget une croissance de 1,8 %, a expliqué Carlos Leitão devant l’Association des économistes québécois. Mais c’est clair, avec ce qui s’est passé au premier trimestre — et même un peu au deuxième —, que ça va être très difficile à atteindre. On va avoir une mise à jour économique : on va réviser ça un peu à la baisse. »

M. Leitão a soutenu que « l’environnement externe est toujours difficile. Force est de constater que la sortie de crise financière est laborieuse, très lente. Elle prend beaucoup plus de temps que ce qu’on pensait ».

Le ministre a parlé d’un « certain regain d’activité, pas très fort », mais néanmoins positif. « On est sorti de la récession, il y a quand même une reprise de l’économie, mais ce n’est pas encore satisfaisant ».

Cette reprise est selon lui attribuable au fait que « ça va mieux aux États-Unis. C’est la première étape de l’accélération de la croissance. L’investissement privé viendra ensuite, et puis l’emploi. »

Mais pour le moment, la création d’emplois se fait toujours attendre. Carlos Leitão a réitéré lundi que la « progression de l’emploi n’est pas satisfaisante. C’est très faible, à cause notamment de la lenteur du secteur privé, qui découle de l’incertitude de la demande américaine. À mesure qu’on verra que la reprise est bien réelle, on verra une augmentation de l’investissement », pense-t-il.

C’est la deuxième fois en quatre semaines que M. Leitão doit réviser à la baisse des cibles fixées dans le budget. Celui dont les libéraux aiment à rappeler qu’il fut nommé deuxième économiste au monde par l’agence Bloomberg en 2008 — précisément pour la qualité de ses prévisions — avait reconnu le 2 octobre que l’objectif de création d’emplois pour 2014 (31 300 emplois) ne serait pas atteint.

Mise à jour

Dans son allocution devant ses anciens confrères, M. Leitão a néanmoins défendu la valeur de son budget, qui « tient la route » à son avis.

« Il y a une certaine croissance, très lente, l’emploi n’est pas au rendez-vous, d’accord, mais les revenus de l’État sont en hausse par rapport à l’an dernier, a-t-il dit. On a un peu d’inflation en 2014, ça aide. La dépréciation du dollar canadien aussi. Il n’y a pas de désastre de revenus, ils sont là. »

Le contrôle des dépenses — la cible de l’augmentation était fixée à 1,8 % — est plus difficile, a-t-il reconnu. « L’augmentation est à 2,2 %. Mais les premières mesures [du budget] commençaient à s’appliquer en juin, et le rythme de croissance commence à plafonner », a néanmoins fait valoir M. Leitão.

Ainsi la mise à jour économique « ne sera pas un mini-budget, qui voudrait dire que notre budget ne tiendrait pas la route. Il n’y aura pas de changement majeur [par rapport au budget] ».

À voir en vidéo