Le PIB québécois est demeuré statique en juillet

Selon l’Institut de la statistique du Québec, le portrait a été positif dans des secteurs comme l’extraction minière.
Photo: IOC Selon l’Institut de la statistique du Québec, le portrait a été positif dans des secteurs comme l’extraction minière.

Après des gains de 0,2 % en mai et de 0,4 % en juin, le produit intérieur brut (PIB) du Québec n’a pu faire mieux qu’un résultat nul en juillet, de sorte que les sept premiers mois de l’année montrent une croissance cumulative de 1,5 % par rapport à l’an dernier.

Selon l’Institut de la statistique du Québec, le portrait a été positif dans des secteurs comme l’extraction minière, la fabrication et l’immobilier. Cependant, les reculs dans les services publics et le commerce de détail, entre autres, ont annulé ces gains. À l’échelle canadienne, la croissance a également été nulle en juillet.

« Même si le PIB réel demeurait inchangé en août et en septembre, l’économie croîtrait à un rythme annuel de 1,2 % au troisième trimestre », a écrit la Financière Banque Nationale. « Pour l’ensemble de 2014, nous révisons notre prévision de croissance économique en baisse de 1,9 % à 1,6 %. »

Impact sur les finances

L’évolution du PIB a un impact direct sur les finances de l’État. « Une variation de 1 point de pourcentage du PIB nominal a un impact d’environ 500 millions de dollars »,a répété le ministère des Finances dans le document budgétaire déposé au mois de juin.

Le gouvernement Couillard table sur une croissance de 1,8 % en 2014 et de 2 % en 2015. En ce qui concerne l’économie canadienne, le ministère prévoit une croissance de 2,2 % cette année et de 2,5 % l’an prochain.

Le ministre Leitao a indiqué en septembre qu’il publiera une mise à jour économique plus tard cet automne. Le déficit pour l’année 2014-2015 devrait, selon les estimations du ministère des Finances, s’élever à 2,35 milliards. Québec espère revenir à l’équilibre budgétaire l’an prochain.

Les économistes du Mouvement Desjardins ont estimé que la croissance économique enregistrée en mai et en juin laissait « peu d’espoir » pour le mois de juillet. D’autant plus qu’il y avait eu, au cours des dernières semaines, de multiples indicateurs négatifs. « Dans ces circonstances, la stabilité de juillet n’est pas une mauvaise nouvelle », ont-ils écrit dans une note transmise aux clients.

La croissance selon Desjardins

Dans l’ensemble, l’année se dirige vraisemblablement vers une croissance de 1,5 %, selon le Mouvement Desjardins. « Étant donné que le premier et le deuxième trimestre ont respectivement augmenté de 1,3 % et de 0,7 %, l’année sera plutôt modeste. »

Parmi les éléments positifs observés au mois de juillet, le Mouvement Desjardins a relevé la situation du secteur manufacturier. « La tendance haussière est encourageante », a-t-il écrit en signalant que le gain cumulatif annuel se situe à 3,1 %. « Il s’agit d’un rythme deux fois plus rapide que celui de l’ensemble des industries, qui reflète le raffermissement de la demande étrangère pour nos produits. »

Croissance du produit intérieur brut du Québec
2012: 1,5 %
2013: 1,1 %
2014: 1,8 %
2015: 2 %

Croissance du PIB canadien
2012: 1,7 %
2013: 2 %
2014: 2,2 %
2015: 2,5 %

Source: ministère des Finances du Québec


À voir en vidéo