Les coops ciblent la santé et la faim

Monique Leroux, présidente du Mouvement Desjardins
Photo: Jacques Nadeau Le Devoir Monique Leroux, présidente du Mouvement Desjardins

Le monde coopératif s’estime tout désigné pour répondre aux lacunes des systèmes de santé, au chômage et à l’insécurité alimentaire dans le monde. Or, de l’avis même de ses leaders, il lui reste maintenant à en convaincre les gouvernements et les grandes organisations internationales.

Telle est la conclusion centrale du Sommet international des coopératives qui s’est clos jeudi à Québec.

Toute la semaine, les conférenciers et quelque 3000 délégués ont souligné à quel point les coopératives sont plus durables et plus saines pour l’économie que les sociétés à capital-action.

En fin de journée, les deux hôtes du Sommet, Monique F. Leroux du Mouvement Desjardins et Pauline Green de l’Alliance coopérative internationale (ACI), ont présenté un projet de déclaration qu’on souhaite voir circuler dans les cercles d’influence.

La déclaration stipule que les coopératives doivent être « plus influentes », plus nombreuses, qu’elles doivent contribuer à la sécurité alimentaire, continuer de créer des emplois et « intensifier leurs actions » pour favoriser l’accès aux soins de santé.

« Nous devons transmettre cette déclaration aux leaders mondiaux, a expliqué Mme Green. Nous voulons qu’ils agissent en tenant compte de son contenu, qu’ils donnent aux coopératives la reconnaissance qu’elles méritent dans l’économie mondiale. »

Pour Monique F. Leroux, la tenue en novembre du G20 en Australie sera une belle occasion de la faire circuler. L’ACI est déjà présente au sein du B20 qui réunit des milieux d’affaires soucieux d’une économie durable avant la tenue du G20.

L’ACI souhaite en outre se faire entendre dans le cadre des Objectifs du millénaire pour le développement, qui seront établis en 2015 par les Nations unies.

Mme Leroux a aussi encouragé le milieu à faire équipe davantage. Selon elle, les coopératives financières pourraient par exemple créer un fonds afin de financer des projets agricoles pour la sécurité alimentaire.

Le milieu coopératif s’est consolidé depuis l’année 2012, proclamée par les Nations unies Année internationale des coopératives. C’est à cette occasion qu’avait eu lieu le premier sommet du genre, toujours à Québec.

2 commentaires
  • Josette Allard - Inscrite 10 octobre 2014 05 h 56

    Desjardins

    Pas une Coop. Une banque comme une autre mais avec de plus mauvais services. Petits exemples. Vous détenez un Celi. Pour y déposer ou retirer une somme vous devez prendre un rendez-vous avec un conseiller. Et oui, pour avoir accès a votre compte vous ne pouvez effectuer de transaction au comptoir comme à mon autre banque.
    Exemple no. 2 . Ma Caisse n'est ouverte, sur semaine, du lundi au mercredi, que de 10h à midi. Puis de 13h a 14h. Je travaille. Quand pourrais-je y aller?

  • Christian Montmarquette - Abonné 10 octobre 2014 09 h 46

    Les Caisses Desjardins n'ont plus rien d'une coopérative..

    Avec un salaire de 3,55 millions par année à la présidente Monique F. Leroux, les Caisses Desjardins n'ont plus rien d'une coopérative.

    «La période d'austérité qui s'amorce au Québec, est un passage obligé que les Québécois doivent traverser.»... déclarait Monique F. Leroux, présidente du Mouvement Desjardins le 6 octobre dernier dans les médias..

    Comme Louis Cossette le mentionne plus haut, la Caisse Desjardins n'a plus rien d'une coopérative.. Et il suffit t’entendre pester Claude Béland, qui avait pris la direction du Mouvement Desjardins, comme «BÉNÉVOLE» pour le croire.

    Mais au fait, Madame Leroux.. Avec un salaire de 3,55 millions par année... À combien estimez-vous votre «juste part»?...pour contribuer équitablement au programme d'austérité imposé par le gouvernement Couillard?


    Christian Montmarquette

    .