Quand la retraite devient un privilège

Une femme met dans son sac l’épicerie qu’elle vient de faire dans un centre de dépannage.
Photo: Lionel Bonaventure Agence France-Presse Une femme met dans son sac l’épicerie qu’elle vient de faire dans un centre de dépannage.

Genève — Près de la moitié des personnes ayant dépassé l’âge de la retraite dans le monde ne touchent aucune pension et, pour une bonne part des 52 % qui en perçoivent une, la protection est insuffisante, indique un nouveau rapport de l’Organisation internationale du travail (OIT).

De ce fait, la majorité des personnes âgées n’ont aucune sécurité de revenu, ni possibilité de prendre leur retraite et doivent continuer à travailler souvent dans des conditions de précarité, avec de faibles rémunérations, note cette étude réalisée sur 178 pays dans le monde, publiée mardi.

Plus de 45 pays ont atteint un taux de couverture de 90 % et plus de 20 pays en développement sont parvenus à des régimes de retraite universels ou presque. « De nombreux pays en développement étendent fortement leurs régimes de retraite — une tendance très positive », a constaté Isabel Ortiz, directrice du Département de la protection sociale de l’OIT. « Mais la garantie de prestations de retraite suffisantes est aussi importante que l’élargissement de la couverture. Les hommes et femmes âgés ont le droit de partir à la retraite dans la dignité, sans sombrer dans la pauvreté. C’est un problème qui concerne le monde entier », souligne-t-elle.

En Europe, la réduction des prestations sociales dans le cadre des politiques de restrictions budgétaires « a contribué à la hausse de la pauvreté et de l’exclusion sociale », affirme ce rapport. Il note que désormais 123 millions de personnes au sein de l’Union européenne sont touchées par cette situation, soit 24 % de la population. « Les progrès atteints par le modèle social européen […] ont été minés par les réformes d’ajustement à court terme », estime ce rapport.

À l’opposé, il souligne les progrès accomplis par la Chine où la couverture retraite est passée de 25 % de la population à plus de 70 % entre 2000 et 2012.

La part des dépenses publiques consacrée aux retraites représente de 0 à 2 % du PIB des pays à faible revenu, contre 11 % dans les pays d’Europe occidentale.

1 commentaire
  • christian goulet - Inscrit 1 octobre 2014 11 h 06

    Ramener un équilibre sain

    Le gouvernement et les deux plus grosses villes du Québec veulent ramener un équilibre entre tous ceux qui sont aux troisième âge (retraités).

    Il est clair que certains, comme les élus, la police, les pompiers, bénéficient de régimes garantis, qui sont extrêmement coûteux et risqués pour la population. Pendant ce temps, la majorité n'ont pas les moyens de prendre leur retraite.

    Il est avisé alors de diminuer les avantages des premiers, aux bénéfices de ces derniers. Un premier pas est que chacun cotise à 50% dans un régime à cotisation déterminée; ce qui dégage le boulet malsain des épaules de tout le monde.