Le pétrole de l’Ouest prendra la mer dans l’Est

Le premier navire pétrolier à prendre livraison du pétrole canadien stocké depuis cet été dans des réservoirs à Sorel-Tracy accostera en fin de semaine.

L’opération est la suite logique de ce que Suncor prépare publiquement depuis le printemps 2014, lorsqu’elle a révélé son désir d’utiliser le train pour acheminer du pétrole de l’Ouest jusqu’à Sorel afin d’avoir « accès aux eaux de marée de l’Est ».

« Ça fait depuis le 19 juillet qu’on accumule du produit dans nos réservoirs et c’était prévu que vers la mi-septembre, un navire se présenterait pour un premier chargement de brut », a dit le président de Kildair Service ltée, Daniel Morin. Le navire, de type Aframax, se présentera « en fin de semaine », bien que le temps d’arrivée des navires puisse parfois changer, selon lui.

Kildair, qui ignore la destination du pétrole en question, est une entreprise de stockage de mazout lourd, de bitume et de pétrole. Elle appartient à Sprague Operating Resources, une société inscrite à la Bourse de New York qui exploite 15 terminaux dans le Nord-Est américain.

Le pétrole stocké dans les réservoirs de Kildair « est un brut lourd conventionnel,a affirmé M. Morin. Ce n’est pas un brut des sables bitumineux. Ce n’est pas non plus un brut léger comme celui de formation de Bakken [impliqué dans la catastrophe de Lac-Mégantic]. »

Ces jours-ci, la société accueille une dizaine de navires par mois qui prennent livraison de divers types de produits pétroliers pour ensuite emprunter le fleuve Saint-Laurent.

La relation d’affaires avec Suncor représenterait environ deux navires par mois, selon Kildair. Un navire de type Aframax fait 245 mètres de long, comparativement à un Panamax, qui fait 320 mètres.

« Les installations de Kildair reçoivent présentement des bruts lourds destinés à l’exportation, a confirmé dans un courriel le porte-parole de Suncor au Québec, Dean Dussault. L’entente avec Kildair nous permet de vendre du pétrole brut aux raffineries à l’est du Canada, aux États-Unis et aux marchés extracôtiers. »

Suncor compte une seule raffinerie dans l’Est du Canada, soit celle de Montréal. Le pétrole que la compagnie y raffine vient de l’Ouest canadien, par train, mais la compagnie affirme qu’il vient encore principalement par un pipeline reliant Portland (Maine) et Montréal.

« Les expéditions ferroviaires de brut intérieur moins coûteux par chemin de fer à partir du centre du continent vers la raffinerie de Montréal ont été en moyenne de 36 000 barils par jour au deuxième trimestre de 2014 », a indiqué M. Dussault.

Pour mettre en perspective ce produit expédié par train, la capacité de la raffinerie, qui appartenait autrefois à Pétro-Canada, est de 137 000 barils par jour.

Les médias ont fait état il y a quelques semaines d’un avis de Transport Canada concernant l’état de la voie ferroviaire dans la région de Sorel-Tracy. Le ministère a ordonné au Canadien National de réduire la vitesse de 40 km/h à 16 km/h et d’effectuer certains travaux. Des groupes comme Alerte Pétrole Rive-Sud demandent un moratoire.

À voir en vidéo