Desjardins connaît le meilleur trimestre de son histoire

Monique Leroux, présidente et chef de la direction du Mouvement Desjardins, en avril 2013
Photo: Ryan Remiorz La Presse canadienne Monique Leroux, présidente et chef de la direction du Mouvement Desjardins, en avril 2013

Le deuxième trimestre de 2014 a été le meilleur de toute l’histoire du Mouvement Desjardins, rapporte la coopérative. Elle a dégagé des excédents records, notamment grâce aux bonnes performances des secteurs du service aux entreprises et de l’assurance.

 

Au cours de la période terminée le 30 juin, Desjardins a enregistré des excédents avant ristournes aux membres de 446 millions de dollars, comparativement à 387 millions au même trimestre de 2013. Ce résultat porte à 830 millions les excédents pour le premier semestre, contre 765 millions pour la période correspondante de 2013. Du jamais vu. « C’est la première fois qu’on atteint un montant aussi élevé dans un trimestre, et par le fait même pour le semestre », indique le porte-parole André Chapleau.

 

La coopérative explique que l’excellente performance des derniers mois s’explique par les « efforts conjugués » des différents secteurs. Le service aux particuliers et aux entreprises arrive en tête avec des excédents nets de 211 millions, mais le secteur de la gestion de patrimoine et de l’assurance de personnes a particulièrement tiré son épingle jeu en générant des excédents nets de 134 millions, en hausse de 45,7 % par rapport à la période correspondante de l’an dernier.

 

« Ces résultats, les meilleurs de notre histoire, démontrent la pertinence de nos stratégies d’affaires et de notre offre de services, qui est bien adaptée aux besoins de nos membres et clients », se réjouit la présidente et chef de la direction de Desjardins, Monique Leroux.

 

Revenus en hausse

 

Les revenus d’exploitation de Desjardins ont bondi de 7,4 % par rapport au deuxième trimestre de 2013, pour s’établir à 3,16 milliards. Les revenus nets d’intérêts se sont quant à eux chiffrés à 981 millions, une augmentation de 2,4 %. « Cependant, la forte concurrence dans le marché qui crée une compression des marges et le contexte des faibles taux d’intérêt ont limité la hausse de ce revenu », affirme l’institution financière par voie de communiqué. Les frais engagés par Desjardins, mis à part les intérêts, sont également en hausse. Ils se sont élevés à 1,62 milliard, soit 5,6 % de plus que lors du deuxième trimestre de 2013.

 

Au total, l’actif de Desjardins s’établit aujourd’hui à 221,5 milliards, contre 212 milliards au 31 décembre 2013.

 

La coopérative estime qu’elle présente toujours un portefeuille de prêts d’« excellente qualité ». Le ratio de prêts douteux bruts pour l’ensemble du portefeuille de prêts est demeuré stable par rapport au même trimestre l’an dernier, à 0,33 %.

 

L’ensemble de ces chiffres trimestriels sont conformes ou légèrement supérieurs aux objectifs de Desjardins, note M. Chapleau.

 

Depuis la fin de l’année 2013, le nombre de caisses Desjardins au Québec est passé de 376 à 360, mais le porte-parole de la coopérative assure que cette réduction ne représente pas des économies substantielles. « Il y a des efforts de réduction de coûts de manière générale, mais ce n’est pas nécessairement associé à la rationalisation ou au réaménagement de notre réseau », explique-t-il, tout en précisant que le regroupement de plusieurs caisses peut être à l’origine de la diminution observée.

 

Au cours des prochains mois, Desjardins entend essentiellement consacrer ses énergies à l’intégration des activités canadiennes de State Farm, la plus importante mutuelle d’assurance de dommages des États-Unis, dont elle a annoncé l’acquisition en janvier dernier. La transaction devrait être officialisée au début de 2015. « On est toujours à l’affût d’acquisitions, de projets ou de partenariats », glisse au passage M. Chapleau au sujet des ambitions de l’institution financière.

 

Le Mouvement Desjardins arrive au deuxième rang des banques les plus « solides » au monde, selon le plus récent classement de l’agence d’information financière Bloomberg.

À voir en vidéo