Québec tiendra cet automne une consultation sur les enjeux énergétiques

Martine Ouellet a plaidé que l'énergie constituait «un puissant levier de développement économique et social pour le Québec».
Photo: Pedro Ruiz Le Devoir Martine Ouellet a plaidé que l'énergie constituait «un puissant levier de développement économique et social pour le Québec».

La ministre des Ressources naturelles, Martine Ouellet, lance une vaste consultation publique portant sur les enjeux énergétiques du Québec afin de définir une nouvelle vision en matière d'énergie.

Cette commission sera coprésidée par Normand Mousseau, professeur au département de physique à l'Université de Montréal, et Roger Lanoue, qui a travaillé pendant plus de 20 ans chez Hydro-Québec.

Lors de son allocution, jeudi, à l'École de technologie supérieure de Montréal, la ministre Ouellet a plaidé que l'énergie constituait «un puissant levier de développement économique et social pour le Québec».

Québec mise beaucoup sur l'électrification des transports. Ce secteur pourrait devenir «un véritable pôle économique» et il entraînerait une diminution importante des gaz à effet de serre, a fait valoir la ministre.

Si l'objectif de l'instauration d'une nouvelle politique a pour objectif de réduire les émissions de gaz à effet de serre en diminuant la consommation de combustibles fossiles, cela ne signifie pas pour autant que le gouvernement a l'intention de tourner le dos au pétrole.

La première ministre Pauline Marois a affirmé à plusieurs reprises déjà et la ministre Ouellet a réitéré jeudi qu'avec 14 milliards $ en achat annuel de pétrole importé, le Québec avait un avantage économique certain à examiner le potentiel de l'exploitation du pétrole.

Le gouvernement a l'intention de déposer une nouvelle politique énergétique pour le Québec en 2014, après avoir sondé les populations de plusieurs régions entre le 4 septembre et le 9 octobre prochains.   

16 commentaires
  • André Champagne - Abonné 4 juillet 2013 11 h 39

    Le courage de consulter et celui de décider : une cohabitation difficile.

    Le gouvernement de madame Marois a le courage de consulter sur différents sujets depuis son élection. L'énergie est sans doute un sujet important et sensible qui soulève bien des inquiétudes au sein de la population.
    La conciliation entre la consultation et les décisions qui doivent suivre constitue un piège important pour un gouvernement minoritaire. Mais le sujet est incontournable pour notre avenir. Il faut espérer que le gouvernement ait le courage de prendre les décisions qui s'imposent en tenant compte de l'avenir du Québec et de ses aspirations.

  • Lise St-Laurent - Inscrite 4 juillet 2013 11 h 41

    PQ=Roi de la consultation

    Ce parti me désespère au plus haut point. Une énième consultation. Une suggestion au PQ. remplacez vos élus par des consultants ou professeurs émérites afin de sauver temnps et argent. Tous les experts sont unanimes sur les surplus d'électricité et le PQ va quand même de l'avant avec les éoliennes.

    • Jean-Marie Francoeur - Inscrit 4 juillet 2013 13 h 23

      Mieux vaut consulter, même trop, que de subir la dictature, souvent secrète, faite à l'insu de tous par le gouvernement précédent.

      D'autre part, les éloliennes sont une bonne chose, même si dans l'immédiat, elle coûtent davantage qu'elles ne rapportent. Les municipalités en profitent et c'est également un cran de sûreté en cas de catastrophe comme le verglas.

    • Benoit Toupin - Abonné 4 juillet 2013 14 h 45

      Donner la parole au peuple, c'est aussi ça le démocratie. Donner la parole au peuple, c'est aussi la recherche de cohésion et de solidarité; il en résulte une meilleure connaissance populaire des enjeux et des options qui s'offrent à nous collectivement. Consulter, c'est aussi apprendre et apprendre c'est un peu la liberté et la sagesse. Vive la consultation... une habitude à propager pour lutter contre le simplisme et la manipulation partisanne.

    • Claude Lafontaine - Abonné 4 juillet 2013 18 h 12

      Vous écrivez : " Tous les experts sont unanimes sur les surplus d'électricité et le PQ va quand même de l'avant avec les éoliennes. "

      Les surplus et les prix à la baisse pour l'électricité qu'H.Q exporte étaient connus en 2009-10 du temps du PLQ et il n'y avait rien pour les arrêter de lancer de nouveaux projets éoliens qui rapportaient majoritairement à des investisseurs étrangers, le PQ prend la balle au bond et tente de redresser la situation, de s'ajuster à cette situation (le marché des USA inondé par le gaz et pétrole de schiste et ses bas prix et l'impact sur le prix de l'électricité) tout en donnant à l'industrie de l'éolien d'ici le moyen de survivre / le temps de s'ajuster elle aussi à la réalité.

      Bien au delà de l'éolien c'est toute la stratégie énergétique du Québec qu'il faut revoir, c'est certain que le gouvernement a déjà une bonne idée des enjeux et sûrement aussi des grandes orientations possibles (le contraire serait désolant), les résultats de ces consultations aideront à définir la stratégie finale et les plans d'actions pour la mettre en oeuvre.

  • J-Paul Thivierge - Abonné 4 juillet 2013 11 h 46

    UN VISION D'AVENIR ; l'optimisation de notre énergie propre.

    Pour ajouter la diminution de la consommation de l'énergie polluante ; par l'efficacité énergétique, par un grand programme incitatif à l'amélioration de l'enveloppe thermique de tous les bâtiments chauffés, par le cabotage vers toutes les villes en bordure de l'autoroute maritime du St Lautent, par le ferroutage partant des ces ports maritimes vers toutes les régions et villes ayant un réseau ferroviaire efficace, ainsi ces transports consommeront des Millions de litres de moins et produiront plusieurs mégatonnes de moins de pollution.

    Ensuite, il faut oser mettre en service le [MGV] Monorail électrique suspendu, quelques projets pilotes ; Montréal Dorval, corridor rive-sud de Varennes à Candiac, la traversée de fleuve en bordure du pont Champlain. Si tout va étendre ce concept à un grand réseau couvrant toutes les régions du Québec.

    Il faut cesser d'utiliser les biométhanes pour produire de l'électricité [à 11¢]et plutôt filter et injecter tous les biométhanes produits ici dans le réseau de Gazmétro, pour diminuer les 2 G$ d'importations de gaz naturel venant de l'ouest.

  • Fernand Lachaine - Inscrit 4 juillet 2013 12 h 37

    Excellent.

    Comme le Québec importe à la hauteur de 14 milliards d'énergie de la part de pays étrangers il serait temps que les citoyens de ce pays réfléchissent sérieusement sur ce que nous désirons.
    Bravo madame Ouellet.

    • Jean-Christophe Leblond - Inscrit 4 juillet 2013 15 h 06

      Nous sevrer du pétrole.

    • Djosef Bouteu - Inscrit 4 juillet 2013 16 h 45

      Oui monsieur Lachaine! Il faut «embrayer» avec l'électrification des transports. Le Parti québécois s'est engagé à présenter un plan ambitieux à cet effet.

      Cette électrification prendra du temps. Le parc automobie actuel doit être progressivement remplacé par des voitures électriques au fur et à mesure que les véhicules à essence («hybrides» inclus) arrivent en fin de vie.

  • François Ricard - Inscrit 4 juillet 2013 14 h 44

    Petrolia

    Profitera-t-on de l'occasion pour nous dévoiuler le fameux contrat de Hydro-Québec avec Petrolia?
    C'était pourtant une promesse élecxtorale des plus ferme.

    • Djosef Bouteu - Inscrit 4 juillet 2013 16 h 52

      N'y a-t-il pas eu une annonce que les détails du contrat seraient rendus publics bientôt? En septembre si j'ai bonne mémoire.

      Après quelques minutes de recherche, voici l'article en question.
      http://www.ledevoir.com/environnement/actualites-s

      C'est bien dit pour septembre 2013.