Ben Bernanke - La stabilité économique est une «arme à double tranchant»

Ben Bernanke
Photo: Paul Beaty Associated press Ben Bernanke

Washington — La stabilité économique est cruciale, mais elle peut être « une arme à double tranchant » en encourageant les investisseurs à prendre des risques inconsidérés, a estimé vendredi le président de la Banque centrale américaine (Fed), Ben Bernanke.


« Les acteurs sur les marchés financiers ont apparemment tendance à prendre de plus grands risques quand les conditions macroéconomiques sont relativement stables », a indiqué M. Bernanke lors d’un discours prononcé à Chicago et dont le texte a été transmis à la presse. « Il se pourrait bien qu’une période de stabilité économique prolongée soit une arme à double tranchant », a-t-il ajouté.


Le gouverneur de la Banque du Canada, Mark Carney, avait tenu des propos similaires la semaine précédente.


Profitant de l’argent bon marché déversé par la Fed, les investisseurs ont récemment porté la Bourse de Wall Street à des records historiques, faisant craindre l’émergence d’une bulle financière aux États-Unis où l’économie réelle peine à décoller. « Étant donné le contexte actuel des faibles taux d’intérêt, nous surveillons particulièrement étroitement les cas d’une course au rendement et d’autres formes de prises de risques qui pourraient affecter le prix des actifs et leur relation avec les fondamentaux de l’économie », a ajouté M. Bernanke.


Selon lui, la Fed est davantage préoccupée par les « variations brusques » des prix des actifs que par leur valeur moyenne sur une période de temps.


Mercredi, les grands indices de Wall Street, le Dow Jones et le S P 500, s’étaient hissés à des niveaux inédits, marquant le cinquième record d’affilée pour l’indice élargi, avant de refluer légèrement jeudi, et revenir à des sommets historiques vendredi.


D'après l'Agence France-Presse

1 commentaire
  • Bernard Terreault - Abonné 11 mai 2013 09 h 08

    Réflexions d'un naïf

    Des taux d'intérêt si bas que d'acheter des obligations revient, quand on tient compte du 2% environ d'inflation annuelle et de l'impôt, à jeter tranquillement son argent par la fenêtre. Et des sommets boursiers quand l'économie est à peu près stagnante. C'est illogique, c'est contraire aux soi-disant principes économiques de base, mais les financiers et les économistes ne semblent pas s'inquiéter outre mesure. J'ai l'impression que ce sont les petits épargnants qui vont se faire avoir, en fait c'est commencé car leurs fonds de pension sont déjà dégarnis.