Le Z10 est bien accueilli aux États-Unis, dit BlackBerry

<span style=Le président et chef de la direction, Thorsten Heins" height="527" width="398" class="img-responsive">
Photo: Agence France-Presse (photo) Mario Tama Le président et chef de la direction, Thorsten Heins

Toronto — BlackBerry veut que les organismes de réglementation enquêtent sur le rapport d’un analyste selon qui un nombre inhabituellement élevé de téléphones intelligents à écran tactile BlackBerry Z10 auraient été retournés, ce qu’elle a jugé « faux et trompeur ».

L’entreprise de Waterloo, en Ontario, affirme que la compagnie et ses actionnaires ont été lésés et réclame une enquête immédiate de la Commission des valeurs mobilières de l’Ontario et de la commission des valeurs mobilières des États-Unis (SEC). La société conteste un rapport publié jeudi par Detwiler Fenton, une firme d’investissement de Boston, qui soutient que de très nombreux téléphones BlackBerry Z10 ont été retournés en magasin par les consommateurs. Dans plusieurs cas, la quantité de téléphones retournés était supérieure à celle des téléphones conservés, selon l’analyste Jeff Johnson.


Après la publication du rapport, jeudi, le titre de BlackBerry, déjà volatil, a plongé de plus de 7 % à la Bourse de Toronto. Vendredi, il a regagné 3 ¢ pour clôturer à 13,85 $.


Detwiler Fenton n’a pas donné suite à des demandes de commentaires à ce sujet, et la direction de BlackBerry est furieuse. Le rapport semble ternir le lancement du nouveau téléphone à écran tactile Z10 aux États-Unis, lequel semblait s’être plutôt bien déroulé, même si les chiffres de ventes n’ont pas été divulgués par BlackBerry. Si certains analystes se sont préoccupés du peu de matériel promotionnel pour le lancement, peu d’entre eux ont qualifié le lancement d’échec en bonne et due forme.


Le directeur des affaires juridiques de la compagnie, Steve Zipperstein, a fustigé la firme. « Tout le monde a le droit à son opinion au sujet des mérites des différents produits en concurrence sur le marché des téléphones intelligents, mais lorsque de fausses déclarations de faits importants sont délibérément avancées dans le but d’influencer les marchés, des bornes sont dépassées », a-t-il déclaré.


Selon BlackBerry, Detwiler Fenton a refusé de dévoiler son rapport ou de préciser sa méthodologie. Le président et chef de la direction de l’entreprise, Thorsten Heins, a affirmé que les ventes du Z10 étaient conformes aux attentes et que les données récoltées par les détaillants et les entreprises de télécommunications démontraient que leurs clients étaient satisfaits de leurs appareils.


BlackBerry n’a divulgué aucun chiffre de vente. Selon BlackBerry, le plus important fournisseur de téléphonie sans fil aux États-Unis, Verizon Wireless, a également contesté les conclusions du rapport de Detwiler Fenton.


Le mois dernier, BlackBerry a annoncé avoir expédié environ un million de téléphones Z10 lors de son quatrième trimestre, clos le 2 mars, mais ces données ne tenaient pas compte des ventes aux États-Unis.