Dollarama accélère la mise en oeuvre de son développement

Désirant profiter d’une recrudescence dans la construction de centres commerciaux au Canada, Dollarama accélère son développement : le détaillant à rabais prévoit ouvrir jusqu’à 70 nouveaux magasins cette année, contre à peine 52 l’an dernier.


L’entreprise montréalaise a indiqué mercredi avoir l’intention d’ouvrir entre 65 et 70 nouveaux magasins au cours de son exercice financier, qui prendra fin le 31 janvier 2013. Jusqu’ici, la projection était de 55 à 60 magasins.


« On dirait qu’il y a plus d’occasions d’affaires, qu’il y a davantage de construction au Canada, que plus de grandes surfaces sont construites, particulièrement dans l’Ouest canadien, mais aussi en Ontario », a expliqué mercredi le grand patron de Dollarama, Larry Rossy, au cours d’une téléconférence avec les analystes financiers.


M. Rossy n’a pas pu dire si ce rythme accru allait pouvoir être maintenu l’an prochain. Dollarama compte actuellement 735 magasins au Canada, soit 8,1 % de plus qu’il y a un an. Au cours de son deuxième trimestre, qui a pris fin le 29 juillet, l’entreprise a ouvert 14 nouveaux magasins.


Il faut dire que la concurrence commence à s’intensifier dans ce secteur. L’américain Dollar Tree prend rapidement de l’expansion après avoir acquis 86 magasins du détaillant vancouvérois Dollar Giant, l’an dernier.

 

Résultats


Au deuxième trimestre, Dollarama a dépassé les prévisions des analystes pour le 12e trimestre consécutif, grâce principalement aux nouveaux magasins et à l’augmentation du nombre d’articles vendus à des prix supérieurs à 1 $.


Les profits nets ont atteint 49,8 millions (66 ¢ par action), en hausse de 32,5 % par rapport aux 37,6 millions (50 ¢ par action) dégagés pendant la même période de l’an dernier.


Les analystes tablaient en moyenne sur un bénéfice par action de 64 ¢.


Les revenus trimestriels ont crû de 13,8 % pour s’élever à 441 millions. Les ventes des magasins comparables, ceux ouverts depuis au moins un an, ont progressé de 7,3 %.


La marge bénéficiaire brute a atteint 36,9 %, en légère hausse comparativement à celle de 36,7 % enregistrée il y a un an.


Dollarama a profité de la baisse de l’inflation en Chine, d’où proviennent la plupart de ses produits.


« La situation économique en Chine n’est plus aussi reluisante qu’elle ne l’était, alors nous avons pu en profiter, a affirmé M. Rossy. Quand cela changera-t-il ? Je ne le sais pas, mais l’inflation en Chine a été plus ou moins freinée au cours des six derniers mois. »


Les résultats du trimestre en cours, qui seront connus à la fin de l’automne, bénéficieront de l’introduction, à la fin juillet, de nouveaux produits vendus à 2,50 $ et 3 $. Au deuxième trimestre, 56 % des ventes de Dollarama provenaient de produits vendus à plus de 1 $, comparativement à 48 % il y a un an.