Île d’Anticosti - Junex lance ses activités d’exploration pétrolière

Junex a commencé à déboiser des secteurs de l’île d’Anticosti, ce qui permettra à l’entreprise de Québec de lancer ses activités d’exploration pétrolière sur le territoire.


Dans un communiqué publié hier, Junex a annoncé avoir obtenu «toutes les approbations gouvernementales permettant l’acquisition de nouvelles données sismiques» dans l’île située au milieu du golfe du Saint-Laurent.


Le 5 juillet, l’entreprise a tenu au village de Port-Menier, dans l’île, une «séance d’information publique» pour renseigner les habitants sur l’impact de son programme sismique et répondre à leurs questions. Le levé sismique, d’une envergure de 250 kilomètres, vise à identifier de futurs emplacements de forage qui permettront d’évaluer le potentiel pétrolier du shale de Macasty et celui des autres formations géologiques situées plus en profondeur, a indiqué Junex.


L’entreprise a fait évaluer le potentiel de ses permis par la firme texane de consultants pétroliers Netherland, Sewell Associates. Celle-ci a établi à 12,2 milliards de barils sa meilleure estimation du «pétrole non découvert initialement en place total» sur la superficie du shale de Macasty couverte par les permis de Junex.


Principale compagnie québécoise d’exploration pétrolière et gazière, Junex détient, en plus de ses permis à l’île d’Anticosti, des droits d’exploration sur environ 5,2 millions d’acres situés dans le bassin géologique des Appalaches, au Québec.


Les deux autres entreprises qui détiennent des permis d’exploration à Anticosti son la québécoise Pétrolia et Corridor Resources, de Halifax.


L’action de Junex a gagné 2,8 % hier pour clôturer à 73 ¢, à la Bourse de croissance TSX.

2 commentaires
  • Pierre-Antoine Ferron - Inscrit 17 juillet 2012 09 h 43

    M.

    Bonne chance dans cette recherche! Qu'ils nous donnent les résultats les résultats dans les plus brefs délais possibles. Sachez aussi que les revenus de ces gisements doivent être partagés avec le gouvernement fédéral...même si le gisement est dans les limites territoriales du Québec!!!! Cette situation existe parce que nos représentants ont acceptés ou négocié notre patrimoine (selon la constitution) à notre insu. Pourquoi se sentaient-ils obligés et authoriser à le faire est un mystère qu'un jour il faudra éclaircir!

    Une fois que les authorités auront décidés de statuer sur les hydrocarbures ce sujet sera forcément de nouveau sur le tapis. Prenez garde, ce n'est qu'une des embûche qu'on nous a tendu!

    Sans malice,
    Pierre-Antoine Ferron, Saint-Denis

  • Louise Lefebvre - Inscrite 17 juillet 2012 22 h 21

    La destruction ...

    commence par Anticosti...il n'y a à peu près personne pour s'y opposer...Je ne sais ce qu'attendent les chasseurs et touristes qui fréquentent cette île pour s'opposer à cette industrie polluante et destructrice et je souhaite que le prochain gouvernement mettra fin à l'expansion des compagnies gazières et pétrolières sur tout le territoire québécois.
    Cette industrie, on en a pas besoin et il est temps que le québec innove comme il l'a fait dans bien des domaines...on est capable de faire mieux!