Pétrolia obtient son permis de forage

L’entreprise Pétrolia vient de recevoir l’aval du gouvernement du Québec pour mener un nouveau forage afin de préciser les réserves de pétrole qui pourront être exploitées près de Gaspé, dans un secteur qui renfermerait plus de huit millions de barils d’or noir. Deux autres puits doivent aussi être bientôt forés près de Murdochville. Tous ces projets ont reçu un appui financier de l’État. Et même si Québec estime que la filière pétrolière doit faire partie de l’évaluation environnementale stratégique sur le gaz de schiste, rien n’indique pour le moment que Pétrolia y sera soumise.

Avec le nouveau forage de Pétrolia tout près de Gaspé, l’entreprise n’aura jamais été aussi près de la première exploitation d’or noir de l’histoire du Québec. Le puits Haldimand no 4 atteindra la profondeur totale d’environ 1000 mètres. À partir de 500 mètres, il sera dévié progressivement pour atteindre une trajectoire presque horizontale. La longueur totale du puits sera de 2650 mètres. Et même si les permis d’exploration couvrent aussi l’ensemble de la baie de Gaspé, il ne serait pas question de poursuivre le forage sous le sol situé en milieu marin.

L’objectif est de traverser le maximum de « fractures naturelles » et de compléter les informations obtenues lors de deux forages précédents. À terme, on espère même pouvoir « déposer une demande de bail de production ». En fait, selon ce qu’a expliqué hier la vice-présidente de la pétrolière, cette demande pourrait survenir au cours des prochains mois. Si le potentiel est confirmé, la ressource non renouvelable devrait avoir une valeur brute de plusieurs centaines de millions de dollars. Pour le moment, l’entreprise possède un permis d’exploration qui coûte 11 971,50 $ par année.


Répondant aux craintes exprimées par plusieurs citoyens, Isabelle Proulx a souligné qu’il n’était pas question de recourir à de la « fracturation hydraulique » dans le secteur de Gaspé. Les pétrolières peuvent toutefois utiliser un mélange contenant de l’acide chlorhydrique afin de stimuler la production des puits et extraire l’énergie fossile du sous-sol. Au cours des dernières années, Pétrolia et Junex auraient injecté de ce liquide toxique dans le sol gaspésien dans le cadre de leurs travaux exploratoires.


Pétrolia a déjà tiré du pétrole dans la région de Gaspé. Mais aucune redevance n’a été versée à l’État, ce que permet la loi. L’entreprise a aussi reçu 3,3 millions de dollars d’« aide gouvernementale à l’exploration » depuis deux ans. Qui plus est, en vertu des dispositions du plus récent budget du gouvernement Charest, Investissement Québec a déjà injecté plus de 10 millions de dollars pour se porter acquéreur d’actions de la pétrolière. Cette somme sert à financer en partie les trois prochains forages qui


Car en plus de Gaspé, Pétrolia s’intéresse à un secteur nommé « projet Bourque », situé près de Murdochville. Les deux premiers forages seront menés à la verticale. « On a vu, sur notre relevé sismique, qu’il y avait du gaz. Mais est-ce du gaz avec de l’eau ou du gaz avec du pétrole ? » C’est ce que Pétrolia espère déterminer. Cette structure pourrait contenir plus de 100 millions de barils de pétrole, selon Pétrolia. Les permis d’exploration où se situe cette structure coûtent au total 3753,90 $ par année.


Par ailleurs, Isabelle Proulx a indiqué hier que les travaux menés en Gaspésie ne le sont pas sous l’égide du comité qui dirige l’évaluation environnementale (EES) sur le gaz de schiste. « Ça ne nous concerne pas parce qu’on ne fait pas de fracturation. »


Or le ministre Pierre Arcand a fait parvenir, fin avril, une lettre au président du comité qui dirige l’EES, Robert Joly, au sujet de la filière pétrolière. Dans sa lettre, le ministre de l’Environnement précise qu’il souhaite désormais que le comité ajoute à son plan de réalisation « toute étude requise pour évaluer les impacts environnementaux et sociaux de cette filière potentielle au Québec ».


Le Devoir avait en effet révélé, à la mi-avril, que le comité ne prévoyait aucune étude en lien avec l’exploitation pétrolière au Québec. « Pour le moment, on n’a rien mis dans le plan qui touche directement les ressources pétrolières », avait reconnu M. Joly. Le président du comité n’était pas disponible hier pour répondre à nos questions. On ne sait donc toujours pas comment le comité qui dirige l’EES compte inclure cette filière fossile dans ses travaux.


À voir en vidéo