BRP fabriquera ses motomarines au Mexique ; 500 emplois touchés à Valcourt

Pierre Pichette a rappelé que le marché des motomarines est en baisse, avec un déclin de la rentabilité accéléré sous l’action des Yamaha, Honda et autres manufacturiers internationaux.
Photo: La Presse canadienne (photo) Jacques Boissinot, Archives Pierre Pichette a rappelé que le marché des motomarines est en baisse, avec un déclin de la rentabilité accéléré sous l’action des Yamaha, Honda et autres manufacturiers internationaux.

BRP a annoncé le transfert de la production de ses motomarines dans une usine à construire au Mexique et l’impartition de ses services de distribution. Au total, 500 emplois à Valcourt seront touchés. Le manufacturier ne prévoit cependant aucune mise à pied, 400 d’entre eux devant se voir offrir un départ à la retraite.

Les activités de production mexicaines de Bombardier Produits récréatifs (BRP) seront renforcées. Le manufacturier québécois entend y construire une nouvelle usine l’an prochain, qui recevra la production de moteurs actuellement fabriqués à son usine de Juarez et l’assemblage des motomarines présentement effectué à Valcourt. BRP a également décidé d’impartir la distribution nord-américaine des pièces, accessoires et vêtements à un fournisseur restant à identifier. Au total, ce repositionnement impliquera l’élimination de 500 emplois à Valcourt au cours des 18 à 36 prochains mois, dont 125 dans les activités de distribution. Dans sa recherche d’un fournisseur de services logistiques, BRP a lancé un processus d’appel d’offres international.


Pierre Pichette, vice-président aux communications et affaires publiques de BRP, a précisé que chaque employé touché se verra offrir une option. « Il n’y aura pas de mise à pied », insiste-t-il. Il estime qu’environ 400 employés se verront offrir une allocation de départ à la retraite. D’autres bénéficieront d’une prime à la formation liée à leur transfert, soit dans de nouvelles fonctions à Valcourt, soit dans les installations de BRP à Sherbrooke, soit chez le nouveau fournisseur de services logistiques. Pour leur part, les effectifs au Mexique devraient croître de quelque 300 personnes d’ici à 18 mois.


Pierre Pichette a rappelé que le marché des motomarines est en baisse, avec un déclin de la rentabilité accéléré sous l’action des Yamaha, Honda et autres manufacturiers internationaux. En revanche, BRP veut faire de la place à l’usine de Juarez pour répondre à la forte demande pour les VTT et les véhicules côte à côte, et à Valcourt pour les « roadsters ».


L’annonce d’hier est survenue quelque six semaines après qu’Investissement Québec eut indiqué que BRP avait remboursé par anticipation le solde de deux prêts à redevances. L’un avait été accordé en 2007 afin d‘appuyer le développement du Canam Spyder. L’autre en 2009 pour accompagner BRP dans une conjoncture économique difficile. « Depuis que nous sommes indépendants, nous avons reçu du gouvernement pour 97 millions de dollars de prêts en recherche-développement. Nous avons tout remboursé. Nous avons remboursé 140 millions en capital et intérêts », a souligné Pierre Pichette.

7 commentaires
  • Yves Corbeil - Inscrit 1 juin 2012 07 h 12

    Bravo

    Quelle belle éthique, on demande et accepte l'aide bien souvent à cout nul de nos gouvernements après impot puis après le développement on se défile pour économiser des frais de production et de mise en marché au diable les Québecois. Ca me lève le coeur, crime qu'on est innocent

  • Yves Corbeil - Inscrit 1 juin 2012 07 h 23

    Allocation de départ à la retraite

    Ces 400 travailleurs qui se verront offrir une allocation nont surement pas 65 ans et plus.

    Donc ils pourront se recyclé en travailleurs saisonniers car les cultivateurs vont manquez de Mexicains pour les semailles et récoltes puis durant l'hivers ils pourront allé au Mexique pour les récoltes Mexicaines.

    Coudonc on arrete pas le progrès au Québec, depuis le temps que plusieurs Québecois revaient de visiter le Mexique.

  • Martin Durocher - Abonné 1 juin 2012 08 h 03

    Bon débarras !!

    Triste pour les travailleurs mais quelle honte d'avoir supporté avec l'argent des contribuables les activités de cette compagnie et ses horribles machines bruyantes et polluantes qui se moquent ou ignorent les préoccupations modernes reliées à la protection de notre environnement. Bien triste également d'avoir travestit une fierté québécoise qu'était l'entreprise de Joseph-Armand en ce qu'elle est devenue, une entreprise sans vision, uniquement rattaché au profit. Même son sigle "BRP" pour "Bombardier Recreative Products" fait fi de l'origine québécoise et francophone de son créateur. Vivement que cette compagnie déménage au Mexique. Peut-être que de ce pays nous reviendras des modèles de produit moins énergivores, polluants et bruyants...puisque malheureusement ces "sports de plein air" semblent encore très populaires.

  • Pete Hay - Inscrit 1 juin 2012 12 h 59

    BRP (que Bombardier Repose en Paix)

    C'est d'une tristesse que ce coup de harnarque, Une société qui a contribué à faire grandir ce nom et maintenant remercié, ils se justifient en mentionnant qu'ils ont rembourser 140 millions, qu'est-ce-qu'ils pensent de la détériorisation du tissu-social?

    Comment peuvent-ils réparer?

    Si acheter c'est voter, j'ose espérer que le peuple québéçois va mettre en pratique sa devise: Je me souviens.
    Est que la moto marine va se vendre à moitié-prix au Québec vu que le salaire des employés mexicains est inférieur à ceux d'ici!
    Ces fermeture d'usines n'arrivent pas pour rien, comme société nous avons à en tirer des leçons. De plus en plus achetons made in Québec, fabriquer au Québec.

  • Stéphanye Carrier - Inscrite 1 juin 2012 13 h 41

    Au moins... aucune perte d'emploi?