Hausse inattendue de l’emploi au Canada

L’économie canadienne a créé 58 200 nouveaux emplois en avril, une performance qui, prise avec celle du mois précédent, a permis au pays d’établir sa meilleure performance en 30 ans pour la création d’emplois sur une période de deux mois.

Les Canadiens ont trouvé du travail le mois dernier dans la plupart des régions du pays. Des hausses appréciables ont été notées dans les secteurs de la construction, de la fabrication et des services d’enseignement.


Au total, 140 500 emplois ont été créés dans les deux mois de printemps, une performance que le pays n’avait pas affichée depuis 1981.


Le taux de chômage a quant à lui augmenté de 0,1 point de pourcentage en avril, passant à 7,3 %, ce que Statistique Canada a attribué au nombre accru de personnes à la recherche de travail. Il s’agit là d’un signe que le marché du travail est plus vigoureux, et non le contraire.


«Wow! On ne s’attendait pas à ça, a lancé l’économiste Doug Porter, de la Banque de Montréal. Avec les bonnes données économiques récentes, c’est presque comme si le Canada était une île.»


Si la tendance se maintient dans les mois à venir, elle pourrait donner à la Banque du Canada l’élan dont elle a besoin pour augmenter les taux d’intérêt, comme l’a laissé entendre le gouverneur Mark Carney la semaine dernière. Plusieurs analystes croient cependant que M. Carney se fera discret en 2012, étant donné la détérioration de la situation à l’échelle mondiale et la hausse du risque, plus particulièrement en Europe.


Les analystes avertissent également que lorsqu’une situation semble trop belle pour être vraie, c’est probablement parce qu’elle l’est. Certains estiment que l’accélération des deux derniers mois pourrait être une sorte de rattrapage par rapport aux six derniers mois, pendant lesquels l’embauche est généralement demeurée stable. Ils ajoutent que l’étude moins connue de Statistique Canada sur le marché de l’emploi - qui sonde les employeurs - témoigne d’une croissance soutenue pour les six derniers mois, pendant que l’étude réalisée auprès des ménages faisait état de données stables ou en baisse.


Cependant, les deux études se rejoignent pour afficher une croissance de 1,2 % de l’emploi au cours de la dernière année, même si les plus récentes données recueillies auprès des employeurs ne sont que celles du mois de février. «Le rapport laisse croire que le ralentissement de l’hiver dernier est terminé et que l’embauche a repris à son rythme habituel. Des augmentations comme celles observées en mars et avril sont donc très peu probables», croit le stratège économique Jimmy Dean, des Études économiques Desjardins.


Contrairement au mois de mars, pour lequel la majorité des nouveaux emplois avaient été créés dans les Prairies, l’embauche a été plus largement répartie à travers le pays en avril. L’emploi a grimpé notamment dans la région de l’Atlantique, au Québec et dans l’Ouest. En Ontario, en Nouvelle-Écosse et au Manitoba, des pertes d’emploi mineures ont toutefois été observées.


Qui plus est, la plus grande partie des nouveaux emplois étaient des postes à temps plein, et la plupart d’entre eux étaient dans le secteur privé.


Au Québec, le taux de chômage a grimpé à 8 %, comparativement à 7,9 % en mars. L’emploi y a progressé pour un deuxième mois consécutif, grâce à la création nette de 23 300 emplois.


L’Ontario a connu peu de variation de l’emploi en avril. Toutefois, l’augmentation du nombre de personnes à la recherche de travail y a entraîné une hausse de 0,4 point de pourcentage du taux de chômage, qui est passé à 7,8 %.

À voir en vidéo