Balsillie quitte RIM

On aperçoit la silhouette de Jim Balsillie, qui a annoncé hier qu’il démissionnait de son poste au conseil d’administration de Research in Motion.<br />
Photo: Agence Reuters On aperçoit la silhouette de Jim Balsillie, qui a annoncé hier qu’il démissionnait de son poste au conseil d’administration de Research in Motion.

Toronto — Research in Motion a annoncé hier que son ancien cochef de la direction Jim Balsillie, qui a contribué à faire de BlackBerry une des marques les plus connues de l'industrie des téléphones intelligents, avait démissionné du conseil d'administration de la société.

Cette annonce, symbolique des changements qui touchent la société établie à Waterloo, en Ontario, accompagnait un rapport financier dont les résultats ont déçu les attentes des analystes — pourtant déjà faibles.

Plutôt qu'un profit, la société a affiché une perte de 125 millions de dollars pour son dernier trimestre de l'exercice financier 2012, un résultat attribuable à la dépréciation de certains de ses actifs.

Les ventes ont été légèrement inférieures aux attentes des analystes et la société a indiqué qu'elle ne fournirait pas de prévisions quant à ses futurs revenus ou résultats.

Research in Motion a aussi indiqué avoir entamé une révision stratégique de ses activités — une expression qui signale généralement des changements majeurs pour une entreprise, comme sa vente ou sa fusion avec une autre société.

M. Balsillie, qui était cochef de la direction de RIM en compagnie de son fondateur, Mike Lazaridis, jusqu'à ce qu'ils abandonnent cette fonction en janvier au profit de Thorsten Heins, est devenu un des hommes d'affaires les plus connus au Canada, tant en raison de son rôle au sein de RIM qu'en raison de ses tentatives vaines pour acheter une équipe de la Ligue nationale de hockey avec sa fortune personnelle et la faire déménager dans le sud de l'Ontario.

Importants défis

Thorsten Heins a affirmé hier que RIM faisait face à d'importants défis pour les prochains trimestres.

«En plus de livrer la plateforme BlackBerry 10 et de recentrer nos ressources sur les principales occasions d'affaires de RIM, comme le BlackBerry Mobile Fusion et une nouvelle offre de services intégrés, nous devrons aussi exécuter une meilleure performance au chapitre de l'exploitation par l'entremise d'une variété d'initiatives, dont une augmentation de la responsabilité de la direction et un processus de discipline», a indiqué M. Heins dans un communiqué.

M. Heins a admis que la vente de l'entreprise «serait étudiée», mais qu'il ne s'agissait pas de la principale option privilégiée «en ce moment».
1 commentaire
  • northernbud - Inscrit 30 mars 2012 09 h 59

    Le navire coule

    Les rats se poussent. je serait courieux de voir de quel genre de parachute doré il s'est doté (en fonds dormant probablement dans un paradis fiscal hors du pays évidemment).