La suisse Glencore rachètera la canadienne Viterra

Ottawa — Le manutentionnaire de grains Viterra a annoncé hier avoir accepté d'être racheté par la firme helvétique Glencore International dans le cadre d'une transaction de 6,1 milliards de dollars qui verra deux partenaires canadiens s'emparer d'importants actifs de l'entreprise.

Le géant de l'engrais Agrium, de Calgary, et Richardson International, de Winnipeg, mettront ainsi la main sur la majorité des actifs canadiens de Viterra, pour 2,6 milliards en espèces.

L'entente prévoit aussi que le siège social nord-américain de Viterra demeurera à Regina, en Saskatchewan.

«L'acquisition de Viterra témoigne de notre forte confiance quant à l'importance et au potentiel que revêtent les marchés du grain au Canada et en Australie», a souligné le directeur des produits agricoles chez Glencore, Chris Mahoney.

Glencore a accepté d'allonger 16,25 $ par action pour acquérir Viterra.

En vertu de l'entente, Agrium déboursera 1,8 milliard pour acheter la majeure partie des activités de détail des produits agricoles de Viterra, ce qui comprend une participation de 34 % dans Canadian Fertilizer.

Le président et chef de la direction d'Agrium, Mike Wilson, s'est félicité de cette transaction, affirmant qu'elle servirait à merveille la stratégie de l'entreprise en entraînant une expansion de ses activités de détail et de gros.

Richardson International allongera 800 000 $ pour obtenir 23 % des actifs canadiens de manutention de gains de Viterra, ainsi que certains centres agricoles et d'autres actifs de traitement en Amérique du Nord.

«Notre entente avec Glencore nous permettra d'augmenter nos capacités pour la manutention de grains et notre puissance de traitement, en plus de répondre à la demande grandissante des agriculteurs de l'Ouest canadien», a souligné le président de Richardson International, Curt Vossen.

Cette transaction survient au moment où Viterra s'apprête à profiter de la fin du monopole détenu par la Commission canadienne du blé sur la mise en marché du blé et de l'orge dans l'Ouest canadien.

L'entente entre Viterra et Glencore prévoit que cette dernière versera 50 millions à Viterra dans l'éventualité où les autorités réglementaires refuseraient d'approuver la transaction.