Plusieurs mesures destinées aux aînés pour favoriser le maintien à domicile

Deux crédits d’impôt pour les aînés seront instaurés pour les personnes de 70 ans et plus.
Photo: Jacques Nadeau - Le Devoir Deux crédits d’impôt pour les aînés seront instaurés pour les personnes de 70 ans et plus.

Démographie oblige, les aînés bénéficieront de plusieurs mesures annoncées aujourd'hui dans le budget Bachand. Ajout de crédits d’impôt, bonification d’autres crédits d’impôt, ajout de places dans les ressources intermédiaires, les mesures sous diverses formes visent à favoriser le maintien à domicile.

C’est un total de 2,67 milliards qui seront ajoutés sur cinq ans pour ces différents moyens, dont 195 millions dès 2012-2013. Les investissements les plus importants, toutefois, commenceront en 2014-2015, dépassant cette fois les 500 millions supplémentaires chaque année.

Toutefois, le nombre de places en hébergement dans les centres de soins de longue durée, qui est nettement insuffisant, ne sera que peu augmenté, malgré des besoins pressants et importants. Il est généralement reconnu que ce manque de places en hébergement contribue largement à l’engorgement des urgences et des lits de soins de courte durée dans les hôpitaux.

Or, seulement 850 places supplémentaires sont prévues, et encore sur cinq années. Leur nombre passera ainsi de 38 650 en 2011 à 39 500 en 2016.

Le gouvernement a fait le choix de privilégier les «ressources intermédiaires», ces gens qui hébergent à domicile des aînés en signant un contrat avec un établissement public. Le nombre de places y sera haussé de 4800, passant de 7100 en 2011 à 11 900 en 2016.

Le maintien à domicile sera favorisé, ce qui ne sera pas pour déplaire à la ministre responsable des Aînés, Marguerite Blais, qui avait rapporté à la suite de ses consultations que les personnes âgées souhaitaient très majoritairement rester le plus longtemps possible à domicile, quitte à recevoir de l’aide sous diverses formes.

«Le grand focus, c’est le soin à domicile», a concédé le ministre des Finances, Raymond Bachand, qui a rencontré la presse pour présenter son budget plus en détails. Mais Québec, ajoute-t-il, investit dans ce domaine «le plus rapidement possible à la mesure de nos moyens».

Ainsi, 50 400 aînés de plus devraient jouir d’un meilleur accès aux services à domicile, qu’il s’agisse de soins ou services. Le nombre de personnes qui en bénéficieront passera ainsi de 178 000 en 2011 à 228 400 en 2016.

Dans le cadre du programme Accès Logis, 1250 unités seront réservées aux aînés sur les 2500 prévues. Elles seront destinées aux personnes âgées qui ont un revenu peu élevé. Là encore, il faudra attendre à 2015-2016 pour que ces mesures prennent forme, 18 millions supplémentaires y étant réservés en 2015-2016 et 60,8 millions supplémentaires en 2016-2017.

Deux crédits d’impôt pour les aînés seront instaurés pour les personnes de 70 ans et plus.

Un premier crédit remboursable servira à «l’achat de biens visant à faciliter l’acquisition d’équipements» qui permettent de demeurer à domicile, comme un dispositif d’appel d’urgence ou de télésurveillance. Un second crédit d’impôt remboursable pour «frais de séjour dans une unité transitoire de récupération fonctionnelle» sera implanté pour les aînés qui ont été hospitalisés et qui ont besoin de soins et services avant de revenir à domicile.

Deux autres crédits d’impôt seront bonifiés, un premier remboursable «pour les aidants naturels d’une personne majeure» afin de donner plus de répit à ce type d’aidant, et un second, aussi remboursable, «pour maintien à domicile d’une personne âgée».

Le crédit maximal pour maintien à domicile d’une personne âgée sera haussé en 2013 de 4680 $ à 6045 $ pour une personne autonome et de 6480 $ à 7095 $ pour une personne non autonome.

Quant au crédit d’impôt remboursable pour les aidants naturels qui prennent soin d’un conjoint en perte d’autonomie, il passera de 607 $ à 700 $ en 2012, puis sera haussé graduellement jusqu’à 1000 $ en 2016.