Cantons-de-l'Est - Et un voyage en train, avec ça?

Etienne Plamondon Emond Collaboration spéciale
Le Times, un hôtel quatre étoile situé à Sherbrooke<br />
Photo: Grand hôtel Times Le Times, un hôtel quatre étoile situé à Sherbrooke

Ce texte fait partie du cahier spécial Congrès et tourisme d'affaires

Les dernières feuilles de l'automne, qui en font voir de toutes les couleurs dans le décor automnal des Appalaches, tombent. Mais les Cantons-de-l'Est demeurent une destination de choix à longueur d'année pour la tenue de congrès, particulièrement pour la diversité et la qualité de ses centres de villégiature.

Des centaines de millions de dollars ont été récemment investis dans les Cantons-de-l'Est pour bien accueillir les congrès, assure Alain Larouche, directeur général de Tourisme Cantons-de-l'Est. Depuis peu, plusieurs centres de villégiature, comme l'hôtel Château-Bromont, le Chéribourg, l'Estrimont, l'auberge L'Étoile, le Castel de Granby et l'Hôtel Delta de Sherbrooke ont, entre autres, rénové leurs espaces et adapté leur offre pour les réunions et le touris-

me d'affaires. Le Spa d'Eastman, à lui seul, a investi trois millions pour ouvrir un pavillon d'affaires séparé du pavillon réservé à sa clientèle individuelle.

En plus, le Times, un hôtel quatre étoiles, s'érige depuis un plus d'un an, devant le lac des Nations, au centre-ville de Sherbrooke. Tout ça alors que la reine des Cantons-de-l'Est vient d'inaugurer son tout nouveau Centre des foires, qui engendre beaucoup d'espoir quant aux salons de grande envergure qui peuvent venir y faire leur nid. D'ailleurs, le Centre des foires va accueillir le gala des grands prix annuels du tourisme du Québec au mois de mai prochain.

«On est probablement une des régions du Québec les mieux dotées en centres de congrès», signale aussi Alain Larouche. Le Delta à Sherbrooke, le Chéribourg à Magog-Orford et le Castel à Granby possèdent chacun une salle pouvant accueillir environ 700 personnes en mode banquet et près de 1000 personnes dans un aménagement de réunion. Les autres hôtels, quant à eux, rivalisent dans leur proposition de salles de réunion pour des regroupements de petite ou moyenne envergure.

La stratégie de Tourisme Cantons-de-l'Est pour attirer le tourisme d'affaires est simple: à l'intérieur des 800 entreprises membres, l'organisme a créé un sous-groupe pour réunir des investisseurs constitués d'hôtels et d'organismes d'activités susceptibles d'intéresser les gens qui se déplacent pour des rencontres d'affaires. «Ce sont des entreprises qui sont prêtes à investir ensemble, d'une façon un peu plus pointue et plus élevée pour explorer ensemble des mécanismes et des marchés pour aller chercher des congrès», explique A-lain Larouche, joint par téléphone à son bureau de Sherbrooke. Au bout du compte, de nombreux hôtels qui, en temps normal, se livreraient une concurrence fratricide pour gagner le marché s'unissent pour faire venir la clientèle dans la région. «S'ils acceptent de le faire, c'est parce qu'on court ensemble la chance de développer une clientèle individuelle supplémentaire qui va revenir chez nous, explique-t-il. Ce qu'on souhaite, dans le fond, c'est que le corporatif nous amène des clients en famille, ou qui vont revenir en famille.»

La stratégie de Tourisme Cantons-de-l'Est pour attirer le tourisme d'affaires est simple: à l'intérieur des 800 entreprises membres, l'organisme a créé un sous-groupe pour réunir des investisseurs constitués d'hôtels et d'organismes d'activités susceptibles d'intéresser les gens qui se déplacent pour des rencontres d'affaires. «Ce sont des entreprises qui sont prêtes à investir ensemble, d'une façon un peu plus pointue et plus élevée pour explorer ensemble des mécanismes et des marchés pour aller chercher des congrès», explique A-lain Larouche, joint par téléphone à son bureau de Sherbrooke. Au bout du compte, de nombreux hôtels qui, en temps normal, se livreraient une concurrence fratricide pour gagner le marché s'unissent pour faire venir la clientèle dans la région. «S'ils acceptent de le faire, c'est parce qu'on court ensemble la chance de développer une clientèle individuelle supplémentaire qui va revenir chez nous, explique-t-il. Ce qu'on souhaite, dans le fond, c'est que le corporatif nous amène des clients en famille, ou qui vont revenir en famille.»

Tenir un congrès dans un contexte inusité

Toujours dans la dynamique du transport, le tout nouveau bateau de croisière Escapades Memphrémagog, inauguré cet été, permet de se réunir dans une ambiance de luxe et de déguster un repas gastronomique en naviguant sur un lac. Alain Larouche assure que le nouveau venu remporte un vif succès. Les activités cessent à la fin du mois d'octobre, mais l'expérience pourra être renouvelée le printemps prochain.

Mégantic, de son côté, offre aussi une expérience unique au Québec: l'Astrolab du Parc national du Mont-Mégantic ouvre, pour les réunions, son centre d'observation. Un lieu prisé durant la période des perséides, vers la fin de l'été, alors que la noirceur de la nuit s'illumine sous la traînée des étoiles filantes. Et que dire de pénétrer dans un zoo la nuit, littéralement. Le zoo de Granby propose à ses clients d'affaires cette aventure inusitée et bien d'autres, afin d'agrémenter un séjour par l'observation du monde animal. Pour l'hiver, les chalets de Sutton et son centre de ski, réputé pour ses pistes de sous-bois, se révèlent être des destinations de choix pour plaire aux plus sportifs.

Gastronomie et art de vivre


Les Cantons-de-l'Est assoient leur stratégie sur une signature d'«art de vivre», qui passe essentiellement par la gastronomie. «Sherbrooke fait partie depuis deux ans d'une espèce de must au niveau des destinations gastronomiques», s'enorgueillit Alain Larouche, soulignant, entre autres, la présence des chef Dany Saint-Pierre et Alain Labrie, qui y ont maintenant pignon sur rue. La principale destination demeure tout de même la route des vins, dans la région de Brome-Missisquoi, dont plusieurs des vignobles sont disposés à recevoir la clientèle d'affaires. «C'est très en vogue de tester les produits des endroits où on va. Nous, on peut le faire autant dans l'agroalimentaire régulier que dans les vins.» Et le grand avantage, c'est l'accessibilité pour les visiteurs à ces lieux de production. «Les gens retrouvent [les produits] dans les hôtels, mais c'est toujours plus sensuel d'aller retrouver ça sur les lieux mêmes, surtout dans la région de Brome-Missisquoi et de Granby.» Le vignoble L'Orpailleur, à Dunham, possède quant à lui l'Économusée de la vigne et du vin, qui donne la chance aux épicuriens d'approfondir leurs connaissances sur le terrain. Le Cep d'argent, dans la région de Magog-Orford, et le domaine Pinacle à Frelighsburg, dont la réputation de son cidre de glace primé n'est plus à faire, constituent aussi des attraits-vedettes. Tourisme Cantons-de-l'Est mise beaucoup sur ce terreau riche en produits du terroir en liant des producteurs qui mettent à la disposition des organisateurs une palette originale de cadeaux d'affaires. Les vignobles sont de la partie, bien sûr, mais aussi la miellerie Lune de miel, Bleu Lavande et la savonnerie des Diligences. «Ça fonctionne très bien. Les gens aiment avoir un souvenir de l'endroit où ils sont allés ou une façon d'en reparler», assure Alain Larouche.