Équité salariale - 10 000 plaintes ont été déposées en six mois

Québec — Près de 10 000 plaintes ont été déposées à la Commission de l'équité salariale depuis le début de l'année.

Cette avalanche de plaintes est liée à un compte à rebours bien précis: les travailleuses avaient en effet jusqu'au 30 mai pour réclamer jusqu'à 10 ans de rattrapage salarial par rapport à leurs collègues masculins. Après le 30 mai, les plaignantes qui auront gain de cause n'auront droit qu'à cinq ans de rattrapage.

En entrevue hier, la présidente de la Commission de l'équité salariale, Marie Rinfret, a attribué l'afflux massif des plaintes au cours des derniers mois à l'efficacité des campagnes de publicité de la commission. Le traitement des plaintes pourrait prendre plusieurs années, selon elle.

Le plus grand nombre de plaintes vise le Conseil du Trésor, à titre de prestateur des salaires du réseau de la santé, des services sociaux et des commissions scolaires.

Rappelons que toutes les entreprises employant 10 personnes et plus avaient jusqu'au 31 décembre 2010, en vertu de la loi, pour faire l'exercice de l'équité salariale. L'entreprise doit faire l'affichage de l'exercice et déposer une déclaration obligatoire. Le principe de l'équité salariale veut qu'on verse un salaire égal pour des emplois jugés équivalents, même s'ils sont différents.