Les Desmarais nient avoir tenté d'influencer Jean Charest

Paul Desmarais fils<br />
Photo: Jacques Nadeau - Le Devoir Paul Desmarais fils

Les dirigeants de Power Corporation ont assuré hier qu'ils n'avaient jamais tenté de faire pression sur le gouvernement de Jean Charest à propos des questions d'énergie.

«Personne de Power Corporation, personne de la famille Desmarais n'a parlé à M. Charest, ni à aucun membre de son gouvernement, [que ce soit] sur [les géants des hydrocarbures français] Total et GDF Suez, les sables bitumineux, les gaz de schiste ou [le sommet de] Copenhague [sur les changements climatiques]», a martelé le président du conseil d'administration du conglomérat, Paul Desmarais fils, à l'issue de l'assemblée annuelle des actionnaires.

Selon une note diplomatique révélée cette semaine par le site Web WikiLeaks et Le Devoir, l'ambassadeur des États-Unis à Ottawa, David Jacobson, s'est interrogé quant aux pressions que Power aurait pu exercer sur Jean Charest et qui pourraient expliquer que celui-ci ait soudainement cessé de tirer à boulets rouges sur la position du gouvernement conservateur durant la conférence de Copenhague, à la fin 2009.

M. Desmarais a qualifié de «ridicule» l'idée que Power puisse influencer davantage les gouvernements que d'autres acteurs de la société.

«Nous apportons notre contribution comme citoyens, mais je ne vois pas pourquoi, parce qu'on est président d'une compagnie, on aurait [...] cette image de toujours vouloir, on dirait, se remplir les poches ou influencer, a-t-il déclaré. [...] Je trouve ça presque mesquin.»

Le dirigeant, l'un des fils du bâtisseur de Power, Paul Desmarais, a reconnu qu'il discutait à l'occasion avec des élus des gouvernements. Il l'a notamment fait lorsque Québec l'a consulté sur les mesures à prendre pour faire face à la crise financière.

«Je n'appelle pas M. Charest comme ça, a-t-il précisé. Est-ce que je rencontre M. Charest des fois? Oui, on va se parler de différentes choses, mais non, ce n'est pas un jeu d'influences comme les gens veulent l'insinuer. Je trouve ça un peu dommage et un peu cynique.»

Le MEDAC défait

L'assemblée a été marquée par le rejet écrasant de trois propositions soumises par le MEDAC. La première réclamait une politique de parité au conseil d'administration de manière à ce que les femmes y soient aussi nombreuses que les hommes d'ici dix ans. Présentement, 2 des 21 membres sont des femmes, soit Isabelle Marcoux (vice-présidente de Transcontinental) et Emoke J.E. Szathmary (présidente émérite de l'Université du Manitoba). Les deux autres portaient sur une politique de rémunération des hauts dirigeants et sur les actions à droit de vote multiples.

Par ailleurs, le conseil a deux nouveaux membres, dont Marcel Coutu, président du conseil de Syncrude, un joueur très important dans l'exploitation des sables bitumineux.

Power Corporation a par ailleurs fait état hier d'une hausse de ses profits au spremier trimestre, l'expliquant par l'apport accru de sa principale filiale, la Financière Power. L'entreprise a enregistré un bénéfice net de 216 millions par rapport à 165 millions pendant la même période de 2010.

Les revenus ont chuté de 22 % pour atteindre 7,04 milliards.

Power Corporation contrôle la Financière Power, de même que Gesca, éditeur de La Presse, du Soleil et d'autres quotidiens au Québec et en Ontario. Le conglomérat est également actionnaire des Entreprises La Presse canadienne.

***

La Presse Canadienne avec Le Devoir
30 commentaires
  • Marcel Bernier - Inscrit 14 mai 2011 01 h 53

    L’argent ne donne pas d’intelligence à qui que ce soit….

    On vous croit, voyons donc! C’est bien connu que l’argent ne donne pas une once d’intelligence à qui en détient. D’ailleurs, qui pourrait croire qu’en matière sociale et politique vous ayez une quelconque expertise, sinon celle de tout un chacun : le lot de chaque citoyen. Non! Vous, c’est l’argent votre affaire. Pour le restant, fions-nous à ceux et celles qui s’intéressent au bien commun et non à des intérêts particuliers.

  • Jean Peupu - Inscrit 14 mai 2011 06 h 18

    is auront beau dire

    personnes ne les croiras on ne peut tout acheter

  • VITRILLOLA - Inscrite 14 mai 2011 06 h 26

    QUI EST LE VRAI MESQUIN ET LE VRAI CYNIQUE ENVERS LE QUÉBEC ?

    Bien vous savez quoi M. Desmarais nous aussi ont qualifie de «ridicule» l'idée que vous tentez de nous faire croire que Power ne puisse pas influencer davantage les gouvernements que d'autres acteurs de la société. Vous jouez tellement fort en coulisse que n'importe qui a des soupçons sur vous et votre famille. Quelle contribution vous parlez, et surtout à quel prix cela nous a coûté vos "petites"? Vous investissez 1 $ quand l'État vous en donne 2 $ ! Et puis, disons le vrais choses, vous n'investissez plus au Québec depuis des lustres ! Osez montrer un bilan financier de vos investissements MAJEURS au Québec pour cette année ! Pas ceux des rempart de Québec, des pinottes, mais quelque chose de plus substantielle. La majorité de votre fortune vient des fonds publique du Québec (La Gatineau Power Co) et que vous refusez, vous et votre père, de rembourser sous forme d'investissements au Québec. Vous et votre famille êtes entièrement redevable envers le peuple que vous méprisez en coulisse. Non monsieur Desmarais, vous n'êtes pas au Québec qu'un simple président d'une compagnie comme une autre. Je ne connais pas beaucoup de président qui peuvent inviter chez eux le président de la république française et d'autres illustres personnalités. Et vous voudriez en plus en disant de ceux et celles qui pensent ça de vous que nous sommes mesquins et par conséquent qu'on doit se taire, qu'on ne doit même pas y penser ! Autrement dit, vous voulez qu'on joue les imbéciles avec un sourire et une poignée dans dos ? Et c'est quoi les différentes choses que vous parlez avec M. Charest quand vous dites que vous adressez à lui à quelques rencontres ? Et vous dites que vous n'appelez pas M. Charest comme ça, donc vous l'appelez quand même, et pour parler de quoi ? Aux yeux de beaucoup de gens, M. Desmarais, vous incarnez le cynisme envers l'épanouissement naturel du Québec et son peuple et nous aussi on trouve ça pas mal dommage et très cynique

  • François Ricard l'inconnu - Inscrit 14 mai 2011 06 h 47

    Savoir est toujours réconfortant

    D'après feu Michel Vastel et aussi selon Michel David du Soleil, M. Charest aurait reçu 2 400 000$, et possiblement même 4 00 000$, pour venir en politique provinciale. Et ces argents seraient venus des Desmarais. Ce qu'il n'ont jamais démenti.
    Mais maintenant, on sait pourquoi. Ils voulaient rencontrer M. Charest à l'occasion. Non pas pour parler gaz de shale; non pas pour parler de Plan Nord. Non. Simplement pour parler. Parler du temps qu'il fait. Parler du goût des bleuets de Virginie. Parler pour parler quoi.
    Maintenant qu'on le sait, on se sent mieux.

  • Patrick M. Gouin - Inscrit 14 mai 2011 07 h 29

    Cynisme ou sinistre...

    L'effet en voyant cette photo est un frisson. Ce regard du haut de son POWER. Ne vous mêlez pas de nos affaires. Sinistre.
    Bien oui, on rencontre Charest comme ça. En passant presque.
    En connaissez-vous beaucoup de personnes qui le rencontrent comme ça? Moi non. Ça doit être du cynisme.