La bioéconomie, planche de salut de l'industrie forestière

L'avenir de l'industrie forestière canadienne passe en partie par le développement de nouveaux produits issus de la «bioéconomie», un marché mondial dont le potentiel est évalué à plus de 200 milliards.

C'est du moins ce que soutient l'Association des produits forestiers du Canada en s'appuyant sur une étude intitulée «Le nouveau visage de l'industrie forestière canadienne: une biorévolution en devenir». Celle-ci démontre que les acteurs du secteur ont tout intérêt à se positionner rapidement afin de tirer parti de la nouvelle bioéconomie et exploiter un marché international en pleine expansion pour la bioénergie, les produits biochimiques et les biomatériaux qu'on peut tirer des arbres.

Ces produits peuvent prendre la forme de carburants renouvelables, de plastiques légers, de produits chimiques non toxiques et d'additifs alimentaires. Ils pourraient représenter approximativement 20 % du chiffre d'affaires des entreprises forestières d'ici quelques années.

«Plusieurs de ces nouveaux produits, comme les produits biochimiques et les bioplastiques, remplaceront des matériaux fabriqués à partir de combustibles fossiles, souligne le président et chef de la direction de l'Association, Avrim Lazar. Contrairement à ces combustibles, les arbres sont renouvelables et font partie du cycle de la nature. Cela signifie aussi moins d'arbres qui procurent une valeur plus grande et pratiquement aucun déchet. Tout compte fait, extraire des biomatériaux de nos vastes ressources forestières sera un avantage concurrentiel incroyable pour le Canada.»

Mais pour s'assurer que les entreprises d'ici puissent affronter la concurrence internationale, le gouvernement conservateur devra «soutenir» l'industrie, selon M. Lazar. pour faciliter la transformation des infrastructures des entreprises et pour améliorer la mise en marché.

«Il faut le faire et il faut le faire bientôt», affirme-t-il, invitant le ministre Jim Flaherty à aller de l'avant dès son budget, qui doit être présenté en mars. Plus de 250 000 emplois sont liés à l'industrie forestière au Canada.

À voir en vidéo