L'embargo sur les récoltes sera maintenu jusqu'en 2011 en Russie

La Russie s’attend à récolter jusqu’à 65 millions de tonnes en 2010. Elle en avait récolté 108 tonnes en 2008.
Photo: Agence Reuters Akhtar Soomro La Russie s’attend à récolter jusqu’à 65 millions de tonnes en 2010. Elle en avait récolté 108 tonnes en 2008.

Moscou — L'embargo à l'exportation des céréales russes ne sera pas levé plus tôt que prévu et restera donc en vigueur jusqu'au 31 décembre, a fait savoir hier le premier vice-premier ministre russe Viktor Zoubkov.

La suspension des exportations de céréales à partir du 15 août a été décidée par Moscou pour empêcher une envolée des prix dans le pays en proie à une sécheresse exceptionnelle. Elle prendra effet à compter du 15 août.

Le président Dmitri Medvedev avait indiqué jeudi que cette mesure pourrait prendre fin plus tôt si l'état des récoltes venait à s'améliorer. Le premier ministre Vladimir Poutine avait à l'inverse estimé lundi qu'elle pourrait être prolongée au-delà du 1er janvier 2011.

Initialement, c'est le bureau russe de la maison de négoce Glencore qui avait demandé aux autorités d'imposer un embargo à l'export pendant quatre à six semaines à partir de septembre.

Mais Moscou l'avait décrété du 15 août au 31 décembre.

La Russian Grain Union, l'organisation professionnelle qui fédère le secteur, avait alors demandé la semaine dernière le report de l'embargo à septembre afin que les opérateurs puissent honorer leurs contrats en cours et que les producteurs locaux ne perdent pas de marchés.

Viktor Zoubkov a tranché le débat hier en déclarant à la presse, à l'issue d'une réunion ministérielle consacrée à la sécheresse: «La décision d'imposer une interdiction temporaire d'exportation des céréales a été prise. Elle sera en vigueur du 15 août au 31 décembre. Il n'y aura pas de changement.»

Regarnir les stocks du pays


Il a souligné que les négociants russes ne devaient pas compter sur un changement et devaient commencer à acheminer des stocks vers les régions où la sécheresse a provoqué une pénurie de céréales meunières et fourragères.

Il a ajouté que le nombre des régions placées en état d'urgence à cause de la sécheresse était passé à 29 contre 27 il y a une semaine.

Viktor Zoubkov a demandé aux détenteurs de stocks de céréales de s'abstenir de faire monter les prix, faute de quoi le gouvernement interviendrait en se mettant à vendre les siens. Il n'a pas précisé quand le gouvernement pourrait intervenir.

Le gouvernement dispose de 9,5 millions de tonnes de céréales dans ses réserves.

Viktor Zoubkov, citant un scénario noir envisagé par le ministère de l'Agriculture, a également déclaré que la sécheresse pourrait entraîner une diminution d'un tiers des surfaces ensemencées avec des céréales d'hiver pour la récolte 2011, ce qui les ramèneraient à 12 millions d'hectares.

«Ainsi, six millions d'hectares devront être ensemencés avec des céréales de printemps,» a déclaré Viktor Zoubkov aux journalistes.

Ensemencer les surfaces destinées aux céréales d'hiver avec des céréales de printemps pourrait entraîner des rendements plus faibles. En effet, les variétés hivernales, principalement du blé d'hiver, représentent environ 40 % de la production céréalière totale de la Russie et leurs rendements sont meilleurs que ceux des céréales de printemps.

La Russie s'attend à une récolte céréalière de 60 à 65 millions de tonnes cette année, après deux années record à 97 millions de tonnes en 2009 et 108 millions de tonnes en 2008.

À voir en vidéo