Lutte en vue pour le rachat de Casey's par Couche-Tard

Une bataille transfrontalière se trame pour le rachat d'une chaîne de dépanneurs établis essentiellement dans des villages du Midwest américain.

L'américaine Casey's General Stores a rejeté hier une offre d'achat hostile de 1,8 milliard $US présentée par Alimentation Couche-Tard, le géant canadien du commerce de l'accommodation.

Mais l'offre de l'entreprise lavalloise n'a pas semblé suffisante aux yeux des investisseurs, qui ont fait bondir l'action de Casey's sur le Nasdaq à la suite du dévoilement de l'offre toute en espèces.

Le titre de Casey's a explosé de 7,51 $US à 39,10 $US, un gain de près de 24 % qui le porte près de 3 $US au-dessus du montant offert par Couche-Tard pour chaque action, soit 36 $ US.

S'il sort vainqueur de la lutte qui s'amorce, Couche-Tard mettra la main sur 1500 magasins, ce qui en fera le deuxième plus important achat de ses 30 ans d'histoire.

Selon Ben Brownlow, un analyste de Morgan, Keegan and Co. qui suit Casey's, la transaction serait rentable pour Couche-Tard, même s'il payait autant que 44 $US par action de Casey's. «Je ne sais pas s'ils vont essayer d'aller aussi haut, parce que, de toute évidence, ils tentent de faire une offre d'achat à très fort rabais», a-t-il estimé lors d'un entretien téléphonique, depuis le Tennessee.

Selon M. Brownlow, le détaillant de la région montréalaise tente de tirer profit de la déprime de l'industrie en ciblant une chaîne rentable dont les clients sont très fidèles, qui pourrait s'ajouter à son réseau existant de 400 magasins dans le Midwest américain.

Selon lui, Casey's a une faible dette et Couche-Tard pourrait tenter de racheter la compagnie pour ensuite conclure des cessions-bails pour un certain nombre de ses établissements. L'offre de Couche-Tard prévoit la prise en charge de la dette de 29 millions $US de Casey's.

«Votre proposition sous-évalue grandement Casey's et ne représente pas le meilleur intérêt de l'entreprise», a indiqué dans une lettre le président et chef de la direction de Casey's, Robert Myers. «Nous estimons que votre proposition est très opportuniste, compte tenu de l'impact de la récession et des événements météorologiques importants survenus récemment sur notre territoire d'exploitation. Casey's a survécu avec succès au ralentissement économique et est en excellente position pour profiter de la reprise économique.»

Couche-Tard a décidé de dévoiler publiquement son offre et de s'adresser directement aux actionnaires de Casey's près de six mois après avoir tenté de conclure un accord avec la direction de l'entreprise américaine. Dans sa lettre à Casey's, le président et chef de la direction de Couche-Tard, Alain Bouchard, affirme qu'une fusion amicale serait préférable pour les deux entreprises et offrirait davantage de valeurs aux actionnaires.

Casey's compte quelque 1500 magasins, exploités sous diverses bannières, surtout dans l'Iowa, le Missouri, l'Illinois et six autres États américains. La compagnie compte plus de 19 000 employés et son siège social est situé à Ankeny, dans l'Iowa.

Couche-Tard compte plus de 53 000 employés et est implanté au Canada et aux États-Unis avec des bannières comme Couche-Tard, Mac's, Becker's et Circle K. L'entreprise compte, au total, 5883 dépanneurs dans les deux pays.