Le fonds OMERS fait à peine mieux que la Caisse de dépôt

Toronto — La caisse de retraite des employés municipaux de l'Ontario, OMERS, a réalisé un revenu net de placement de 4,3 milliards en 2009, soit un taux de rendement de 10,6 %.

L'an dernier, le fonds avait épongé une perte de plus de 8 milliards en raison de la crise mondiale du crédit et de l'effondrement des marchés boursiers mondiaux, ce qui lui avait valu un taux de rendement total négatif de 15,3 %.

Le président-directeur général d'OMERS, Michael Nobrega, a indiqué par voie de communiqué que les placements en actions de sociétés fermées et en infrastructure ont produit d'excellents rendements, ce qui conforte la décision du fonds de poursuivre l'expansion de ses avoirs dans des catégories d'actifs sur les marchés privés.

Pour sa part, Patrick Crowley, le chef de la direction financière d'OMERS, a rappelé que comme la plupart des principaux régimes de retraite, les obligations en matière de retraite de la caisse ont augmenté plus rapidement que les cotisations. De plus, a dit M. Crowley, la récession économique de 2008 a réduit la valeur de l'actif net d'OMERS et des modifications apportées à certaines hypothèses actuarielles ont alourdi le poids de ses obligations en matière de retraite. Cela explique, selon lui, que le régime accuse un déficit de 1,5 milliard en 2009, auquel s'ajoutent 4,9 milliards de pertes nettes qui influeront sur le déficit au cours des quatre prochaines années.

M. Crowley espère qu'une amélioration du rendement des placements en 2009 et au cours des prochaines années permettra à OMERS de s'attaquer à ce déficit.

OMERS est l'une des principales caisses de retraite canadiennes et fournit des prestations de retraite à plus de 400 000 participants du secteur public local de l'Ontario.

À titre de comparaison, la Caisse de dépôt et placement du Québec a annoncé la semaine dernière avoir obtenu un rendement de 10 % en 2009, la plaçant dans les derniers de classe des grandes caisses de retraite au pays. Après le désastre de 2008, où elle avait affiché un rendement de -25 % et des pertes de près de 40 milliards, la Caisse a notamment profité du rebond des marchés boursiers pour faire passer son actif net de 120,1 milliards à 131,6 milliards l'année dernière, pour un gain de 11,8 milliards.

Représentant le rendement moyen pondéré des fonds de ses 25 déposants, parmi lesquels se trouvent la Régie des rentes du Québec, la Caisse de retraite des employés du secteur public québécois et le fonds de la Société de l'assurance automobile du Québec, le rendement de 10,04 % de la Caisse, cette année, est inférieur de quatre points de pourcentage à son indice de référence (14,1 %), établi à partir des résultats du marché et en fonction de sa répartition d'actifs.

***

Avec La Presse canadienne