Baisse d'achalandage - La Baie ferme son magasin de la Place Versailles

Forcée de laisser aller ses points de vente les moins rentables, la Compagnie de la Baie d'Hudson (CBH) fermera son magasin de la Place Versailles le 15 août prochain.

Officiellement, la direction explique que l'achalandage de ce magasin de 130 000 pieds carrés situé dans l'est de Montréal avait fortement baissé. On indique également qu'il était situé trop près du La Baie des Galeries d'Anjou. Comme l'entreprise se prépare à révéler les résultats de son exercice 2002, la direction a refusé d'accorder une entrevue au Devoir.

«La Compagnie de la Baie d'Hudson révise constamment son parc immobilier et la décision de fermer ce magasin — qui fut difficile — est le résultat de notre stratégie qui vise à augmenter la productivité de nos magasins», a cependant souligné la porte-parole de l'entreprise, Katherine Raso, dans un très court communiqué.

On précise également que la CBH tentera de transférer le plus grand nombre possible de ses 116 employés (34 y travaillent à temps plein) de Place Versailles. Pour faciliter le tout, l'entreprise a cessé les embauches dans les Zellers (dont elle est aussi propriétaire) et les magasins La Baie du secteur.

Outre les enseignes Zellers et La Baie, l'entreprise détient également la marque Déco Découverte. Fondée en 1670, elle compte aujourd'hui plus de 500 magasins partout au pays et emploie plus de 70 000 employés.

Il faut souligner que l'action de la Compagnie de la Baie d'Hudson a perdu 38 % de sa valeur en 2002. Au cours des neuf premiers mois de son exercice financier, la CBH a encaissé une perte d'exploitation de neuf cents l'action.

Elle comptait sur une période des Fêtes particulièrement faste pour engranger les profits et atteindre son objectif de 1,10 à 1,20 $ de profit par action pour 2002-03. D'après les données rendues publiques par Statistique Canada, il semble que les consommateurs aient été plus prudents dans leurs dépenses de Noël, ce qui n'est pas de bon augure pour les résultats du quatrième trimestre.

Cela dit, le Conseil québécois du commerce de détail (CQCD) faisait remarquer la semaine dernière que le secteur des marchandises diverses — qui comprend les magasins à rayons — a connu une croissance de ses ventes de 5,2 % à l'échelle du pays. «Ce secteur garde la cote, notait-on. Sa bonne position s'explique par la force des joueurs en place et sa relative stabilité.»

Si les ventes augmentent, qu'est-ce qui explique un recul de la CBH? La forte concurrence. Plus particulièrement, la chaîne Zellers fait face à Wal-Mart, un joueur plus gros et de plus en plus populaire auprès des consommateurs canadiens. Les 196 magasins du géant américain vendent deux fois plus de produits que les 319 magasins Zellers et leur bénéfice d'exploitation est six fois supérieur. Alors que la CBH ferme ses Zellers les moins rentables, Wal-Mart prévoit ouvrir 20 magasins par année à travers le pays.

Quant aux magasins La Baie, leurs ventes stagnent depuis 1999. Dernièrement, la direction de la CBH a annoncé qu'elle se tournait vers le marché des surplus de stocks pour stimuler ses ventes. On a indiqué que cette incursion sur le terrain de Winners devrait durer.