Guy Laliberté cède 20 % du Cirque du Soleil à deux firmes de Dubaï

Alegria, dont nous voyons ici un tableau lors d’une représentation à São Paulo, au Brésil, sera présenté à Dubaï en attendant le spectacle permanent prévu pour 2011.
Photo: Agence Reuters Alegria, dont nous voyons ici un tableau lors d’une représentation à São Paulo, au Brésil, sera présenté à Dubaï en attendant le spectacle permanent prévu pour 2011.

Les firmes Nakheel et Istithmar World Capital de Dubaï achètent une participation de 20 % dans le Cirque du Soleil pour un montant non précisé, a annoncé l'entreprise montréalaise, hier.

Istithmar World Capital est la société de capital privé et de placement de Dubaï World, une des premières sociétés de portefeuille au monde gérant, pour le gouvernement de Dubaï, un portefeuille de sociétés et de projets dans une centaine de pays sur cinq continents. Nakheel, un promoteur immobilier, est également une société de Dubaï World.

L'entente entre les parties laissera à Guy Laliberté, le fondateur du Cirque du Soleil, le contrôle de son entreprise avec 80 % des actions.

En conférence téléphonique depuis Tokyo, M. Laliberté s'est défendu d'avoir cédé la multinationale québécoise du divertissement à des intérêts étrangers.

«Ça veut dire plus d'emplois au Québec, ça veut dire plus de projets, a-t-il déclaré. Je n'ai pas vendu le Cirque à des étrangers; j'ai fait un partenariat stratégique. Je garde le contrôle de l'entreprise. Les créations se feront encore à Montréal. Ça va générer probablement beaucoup plus d'emplois à Montréal.»

Pas pour l'injection de fonds

M. Laliberté a précisé qu'il n'avait pas réalisé la transaction pour générer du capital pour l'entreprise.

«Ce n'est pas une vente pour rentrer des fonds dans le Cirque. C'est un partenariat. Le profit de la vente, les 20 %, vont dans mon avoir personnel et non dans le Cirque. Pour l'instant, le Cirque est en très, très bonne santé financière et réussit à faire son développement. Ça sécurise une partie de mon futur et celui de ma famille. Je pense que c'est de ma responsabilité de parent, de père», a-t-il dit.

Bien que les détails de la transaction n'aient pas été rendus publics, la valeur du Cirque a récemment été estimée à environ 2 milliards $. La cession de 20 %, selon cette hypothèse, représenterait quelque 400 millions.

Spectacle permanent

Le Cirque du Soleil avait déjà des liens avec Dubaï. Il avait annoncé, avec Nakheel, en mai 2007, un partenariat d'une durée de 15 ans en vue de la création d'un spectacle permanent sur The Palm Jumeirah, la presqu'île en forme de palmier en développement à Dubaï. Les deux sociétés travailleront en outre en équipe à la conception et à la construction d'un théâtre de 1800 places qui abritera le tout premier spectacle permanent du Cirque du Soleil à l'extérieur des États-Unis et de l'Extrême-Orient.

La conception du théâtre et du spectacle qu'il abritera en exclusivité va bon train, soutient le Cirque du Soleil, en rappelant qu'au printemps 2009, The Palm Jumeirah accueillera également son spectacle de tournée Alegria avant l'arrivée du spectacle fixe, dont la première est prévue pour l'été 2011.