Le huard pique du nez

Toronto — Le dollar canadien a cédé, hier, une bonne partie des gains obtenus les journées précédentes. Le huard a en fait dégringolé de 1,26 ¢ pour s'arrêter à 85,95 ¢US; il avait culminé mercredi en fermant à 87,21, une valeur qu'il n'avait pas atteinte depuis plus de 14 ans.

«Nous avons vu le dollar grimper nettement depuis une bonne semaine, sans correction pour la peine, alors beaucoup d'investisseurs se sont permis des prises de bénéfice», analyse George Davis, d'une filiale de la Banque Royale. Ces trois dernières années, le dollar s'est apprécié d'environ 35 % face à la devise américaine et, en 2005 seulement, il a avancé de 3,5 %.

Malgré cette chute, hier, M. Davis croit que sa direction pointe vers le haut pour l'année 2006. «En termes généraux, si vous avez un aperçu haussier pour les ressources naturelles, vous aurez le même pour le dollar. Et vice-versa.»

Et si à Washington la Réserve fédérale, suivant le sentiment actuel, cesse de relever les taux d'intérêt, après encore un ou deux ajustements, l'effet sera d'exercer de la pression sur le billet vert, explique M. Davis.

D'autres analystes pensent d'ailleurs que le huard a été affecté par une crainte que la Banque du Canada, durant la présente année, augmente les taux d'intérêt moins résolument que ce qui était anticipé.

La Bourse de Toronto, après deux séances l'ayant portée à des niveaux records, a fait encore un peu mieux hier: l'indice S&P/TSX a crû de 6,20 points à 11 507,68. Aux États-Unis, une ruée sur les magasins juste avant Noël et juste après a aidé les détaillants à atteindre les objectifs de décembre. Selon la firme Retail Metrics, plus des trois quarts des commerçants ayant jusqu'ici fait rapport ont affirmé avoir dépassé leurs attentes.

De plus, le secteur des services a crû plus fortement le mois dernier. Un indice de l'Institute for Supply Management mesurant l'activité non manufacturière se situait à 59,8 en décembre (mieux que le pronostic) comparé à 58,5 en novembre.

À la cote new-yorkaise, le brut léger pour février a reculé de 63 ¢ à 62,79 $ US le baril, cela après six séances en augmentation pour l'or noir.

A Wall Street, le Dow Jones des 30 valeurs industrielles a gagné 2 points à 10 882,15 et le S&P 500 a augmenté de 0,02 point à 1273,48.