Moody's confirme la cote et les perspectives du Québec

Citant l'amélioration des finances publiques du Québec, Moody's a confirmé hier la cote de crédit de la province, qui demeure donc A1 avec perspective positive. Cette note est le reflet d'un placement de qualité moyenne présentant un faible risque et appelé à s'améliorer.

«La province a à peu près maintenu l'équilibre entre ses revenus et ses dépenses depuis 1998-99, enregistrant seulement des déficits mineurs certaines années», a souligné la vice-présidente de l'agence, Debra Roane. «Cette performance financière favorable constitue un renversement de tendance par rapport aux déficits importants et récurrents des années précédentes.»

Pour Moody's, l'engagement du gouvernement à maintenir un budget équilibré et à réduire ses dépenses est essentiel au maintien de la cote du Québec à son niveau actuel. Les défis que pose l'augmentation des coûts de l'assurance-maladie et des services sociaux accentuent l'importance de ces facteurs, a indiqué la firme. L'agence surveillera les efforts de réduction de la dette du Québec. L'objectif est d'abaisser cette dernière à environ 40 % du PIB d'ici 2010, comparativement à 44,8 % actuellement.

Les cotes de crédit octroyées par les firmes comme Moody's et Dominion Bonds Rating Services (DBRS) mesurent la qualité d'une économie ou d'une compagnie et les risques qu'elle ne soit pas capable de remplir ses obligations financières. Ces cotes ont une influence sur les taux d'intérêt que paient les gouvernement et entreprises sur leurs emprunts. Généralement, plus une cote est bonne, moins le taux exigé par les créanciers est bas.

Le Québec se classe au sixième rang des provinces pour sa cote de crédit, derrière l'Alberta (Aaa), la Colombie-Britannique (Aa-1), le Manitoba (Aa-2), l'Ontario (Aa-2), la Saskatchewan (Aa2) et le Nouveau-Brunswick (Aa-3).