Vincor fait l'objet d'une OPA hostile

Le cours de l'action a bondi de 55 % hier Le plus important producteur de vins au Canada, Vincor International, fait l'objet d'une tentative de prise de contrôle hostile de la part de la société américaine Constellation Brands, qui offre 1,4 milliard de dollars.

Le cours de l'action de Vincor a bondi de 12,88 $, ou 55 %, à la Bourse de Toronto hier pour clôturer à 36,35 $, alors que les investisseurs ont réagi à l'annonce de cette offre faite mardi soir par Constellation.

En propulsant l'action à un tel niveau, les investisseurs boursiers font le pari qu'une éventuelle transaction se conclura à un prix supérieur à celui de 31 $ l'action présentement offert par Constellation.

Lors d'une conférence téléphonique, le chef de la direction de Constellation s'est dit «totalement déconcerté» par l'attitude des membres de la direction et du conseil d'administration de Vincor, qui ont rejeté l'offre.

«Au cours des trois dernières semaines, nous avons clairement indiqué aux dirigeants et administrateurs de Vincor que nous étions disposés à offrir un prix supérieur, à la condition qu'ils acceptent de nous fournir certaines informations et de se soumettre à un contrôle préalable», a dit Richard Sands, p.-d.g. et président du conseil de Constellation.

La présente offre n'est donc basée que sur les données financières accessibles au public, a-t-il ajouté, parce que le refus de Vincor d'ouvrir ses livres comptables ne justifie pas un prix supérieur.

L'offre actuelle de 31 $ l'action représente une prime de 39 % par rapport au cours de clôture de l'action de Vincor le 8 septembre, soit juste avant que Constellation ne manifeste une première fois son intérêt pour la société ontarienne.

M. Sands a dit souhaiter la conclusion d'une entente avec Vincor, tout en ajoutant que «nous sommes résolus à aller de l'avant et connaissons les options qui s'offrent à nous pour atteindre notre objectif».

Mark Hilson, qui préside le comité mis sur pied par le conseil d'administration de Vincor pour analyser l'offre de Constellation, a qualifié celle-ci «d'opportuniste et d'inadéquate».

«Le conseil d'administration et nos conseillers entendent continuer d'envisager toutes les possibilités pour accroître la valeur de l'investissement des actionnaires de Vincor», a ajouté M. Hilson.

Dragée toxique

Le conseil d'administration de Vincor a d'ailleurs approuvé l'adoption d'un régime de droits des actionnaires, une mesure communément appelée dragée toxique qui vise à gagner du temps afin de pouvoir contrer une tentative hostile de prise de contrôle.

Vincor est le quatrième plus important producteur de vins en Amérique du Nord. L'entreprise compte quelque 2000 employés en Colombie-Britannique, en Ontario, au Québec, au Nouveau-Brunswick, en Californie, dans l'Etat de Washington, en Australie, en Nouvelle-Zélande et en Afrique du Sud.

Au Québec, Vincor a acquis en 1998 le groupe Paul Masson pour 23,3 millions en plus de la prise en charge des dettes. Un an plus tard, l'entreprise a regroupé toutes ses filiales québécoises (Paul Masson, Dumont Vins et Spiritueux, Les Vins Bright et Les Vins La Salle) au sein d'une même entité, Vincor (Québec), située à Rougemont.

Quant à Constellation Brand, dont le siège social est situé dans l'État de New York, elle produit et distribue des vins, bières et spiritueux. L'entreprise compte parmi ses marques les vins Robert Mondavi, la bière Corona, les spiritueux Black Velvet, la vodka Effen ainsi que les boissons 99 Schnapps.