La Finlande, toujours championne de la compétitivité

Genève — La Finlande reste le pays le plus compétitif de la planète, selon le classement annuel du Forum économique mondial (World Economic Forum, WEF). Le Canada a quant à lui gagné une place pour se hisser au 14e rang.

Pour la troisième année consécutive, le pays de Nokia grimpe sur la plus haute marche du podium. Avec la Suède (3e), le Danemark (4e), l'Islande (7e) et la Norvège (9e), l'Europe du Nord continue à tenir la tête du classement de 117 pays, aux côtés des États-Unis (2e) et de deux tigres asiatiques: Taïwan (5e) et Singapour (6e).

«Les pays du Nord ont consolidé leur place en haut du classement», a observé l'économiste en chef du WEF, Augusto Lopez-Claros, en présentant le Global competitiveness report 2005-06 à Genève.

«La raison principale tient à ce que ces pays bénéficient d'une excellente gestion. Ils n'ont pas de problèmes budgétaires commes la France, l'Allemagne ou l'Italie. Face au vieillissement de leurs populations, leurs dirigeants politiques se sont rendu compte qu'ils devaient économiser aujourd'hui afin de maintenir les filets [sociaux] de sécurité», a ajouté M. Lopez-Claros.

Ces pays jouissent aussi d'un «haut niveau de transparence», la Finlande étant par exemple considérée comme «le pays le moins corrompu de la terre», selon le responsable du Forum.

La performance des Nordistes montre qu'il n'est pas nécessaire d'avoir un faible niveau de prélèvements obligatoires pour être compétitif.

«Les pays du Nord prélèvent d'énormes recettes fiscales puis les dépensent. Mais ils font un usage très efficace de ces recettes: ils les remettent dans l'économie avec un "plus" qui finance les infrastructures ou l'éducation. Cela donne un très bon niveau éducatif», a fait valoir M. Lopez-Claros.

Le Canada

Le Canada, qui avait réussi à se hisser au troisième rang en 2001, s'est placé au 14e rang du classement total. L'Institute for Competitiveness and Prosperity, partenaire canadien du Forum économique mondial basé à Toronto, a estimé que «le Canada doit renforcer ses structures de marché et les gens d'affaires doivent redoubler d'ardeur en termes de stratégies innovatrices». Roger Martin, qui en est le président du conseil en plus d'être doyen de la Rotman School of Management à l'Université de Toronto, a estimé que l'économie était «encore loin de son potentiel, et ce, malgré l'amélioration cette année».

Les États-Unis se classent premiers pour l'innovation et la technologie, mais leur performance d'ensemble est plombée par l'ampleur des déficits budgétaire et commercial.

La Chine et l'Inde se sont classées 49e et 50e respectivement, la première perdant trois places en raison d'une «détérioration» de son climat d'affaires, alors que la deuxième a gagné cinq rangs sur la base de ses progrès technologiques. Des «faiblesses institutionnelles» risquent de ralentir leur ascension dans le classement, peut-on lire dans le rapport.

Le classement du Forum économique mondial est établi à partir de statistiques mais aussi d'une étude d'opinion auprès de 11 000 chefs d'entreprise à qui l'on a demandé d'évaluer les performances des pays suivant des critères économiques, sociaux ou administratifs.