Gildan veut se faire connaître du public

Gildan prévoit mettre en marché au cours de 2006 des t-shirts, des sous-vêtements et des bas de coton portant sa griffe. D'ici là, l'entreprise québécoise tentera de se faire connaître du grand public grâce à une campagne publicitaire nationale, a laissé savoir hier le p.-d.g., Glenn Chamandy.

Des affiches de l'entreprise ont déjà fait leur apparition à Montréal ainsi qu'à Toronto. Elles se répandront ailleurs au pays au cours de l'automne, a expliqué l'homme d'affaires en marge d'une allocution devant le Cercle canadien.

Même si elle a vendu plus de deux milliards de t-shirts en 10 ans, Gildan est peu connue des consommateurs nord-américains. C'est que, jusqu'à maintenant, elle s'était contentée de distribuer ses vêtements par l'entremise d'imprimeurs et de grossistes.

Cette stratégie s'est avérée payante. En un peu plus d'une dizaine d'années, la société dont le siège social est à Montréal s'est en effet imposée comme le plus gros producteur de chandails de coton du monde, avec environ 35 % des parts de marché. «Regardez dans vos tiroirs, nous y sommes certainement», a blagué M. Chamandy au cours de sa présentation.

Construction

Depuis deux ans, Gildan a annoncé la construction de deux complexes industriels au Honduras et une en République dominicaine.

Quand ils tourneront tous à plein régime, en 2007, ses trois établissements pourront fabriquer 100 millions de douzaines de t-shirts par an. Gildan sera en outre en mesure de manufacturer quelque 400 millions de douzaines de bas sports blancs ou noirs. Actuellement, la société produit environ 32 millions de douzaines de chandails de différentes épaisseurs, couleurs et tailles. Elle vient à peine de se lancer dans la production de chaussettes et de sous-vêtements.

«En ce moment, nous sommes un peu freinés par notre capacité de production», a souligné le p.-d.g., qui a pris l'an dernier la relève de son frère Greg à la tête de Gildan. «Mais les nouvelles usines nous permettront de soutenir les ventes au détail.»

Grâce à ses coûts très faibles, l'entreprise pense être en mesure d'offrir ses t-shirts «pas décorés et simples» à moins de 10 $ chacun. Quant à ses bas, ils se vendront environ 1 $ la paire, en paquets de six.

L'objectif de Glenn Chamandy et de son équipe est de faire tripler le chiffre d'affaires d'ici 2010 pour le porter à 1,5 milliard $US par an. L'entreprise emploierait alors environ 30 000 personnes, au lieu de 9000 aujourd'hui. La quasi-totalité de ces travailleurs seraient au service d'usines situées dans des pays en voie de développement.

Depuis la fermeture de ses deux usines de filature canadiennes, au printemps, Gildan n'emploie plus que 900 personnes au Canada et il est fort peu probable que ce nombre augmente.