Marchés boursiers - Toronto boucle la semaine en hausse

La Bourse de Toronto a fini la semaine avec un gain, hier; le secteur de l'énergie a chuté avec l'or noir tandis que ceux des mines et de la technologie étaient positifs.

Le cours du pétrole a décru, le marché craignant moins de dommages de Rita au Texas, où les raffineries ne sont pas sur des terres aussi basses qu'en Louisiane. Dans cet État, quatre d'entre elles sont encore à l'arrêt par suite de la précédente tempête, Katrina.

Les vents de Rita diminuaient, l'ouragan passant de la catégorie 4 à celle de 3, mais quand même avec des pointes à 215 km/h. Mercredi, Rita culminait à la catégorie 5, avec des vents de 265 km/h.

L'indice S&P/TSX a crû de 33,56 points, à 10 904,31. Il avait franchi les 11 000 points lundi; il obtient une perte nette de 86 points sur la semaine.

À New York, le public investisseur a été déçu par les bilans trimestriels de l'aluminerie Alcoa et de l'informaticien Oracle. La hausse des taux d'intérêt par la Réserve fédérale, mardi, pesait encore sur le sentiment de même que la perspective que ce n'était pas la dernière. Le Dow Jones des 30 industrielles a cédé 2,46 points hier, à 10 419,59 et le S&P 500 a laissé 0,67 point, à 1215,29.

Au Mercantile Exchange, le brut léger pour novembre a chuté de 2,31 $US, à 64,19 $US le baril; le mazout et l'essence ont baissé aussi.

Chez les cambistes, le dollar canadien a subi un autre recul modeste, cette fois de 5 centièmes à 85,38 ¢US, après être descendu à 85,14 ¢ US en début de séance.

Surplus à Ottawa

Par ailleurs, les revenus du gouvernement fédéral ont bondi au cours des quatre premiers mois de l'année financière, dégageant un large excédent budgétaire. En juillet seulement, l'excédent s'est chiffré à 2,3 milliards, soit presque un milliard de plus qu'à la même période de 2004, a indiqué hier le ministère des Finances.

Cet excédent porte le surplus pour les mois d'avril à juillet à 7,1 milliards, soit presque le double de celui enregistré durant la même période de l'an dernier, qui était de 4,3 milliards.

Les dépenses de programmes ont augmenté de 9 % en raison surtout des transferts de paiements aux provinces, pour répondre aux dépenses prévues dans les ententes de consolidation des programmes de santé signées il y a un an entre Ottawa et les provinces. Mais les données rendues publiques par le ministère laissent voir que les revenus provenant des impôts sur le revenu des particuliers et celui des sociétés ont largement éclipsé ces dépenses.

Ces chiffres ne reflètent cependant qu'une facette des finances gouvernementales, puisqu'il ne s'agit que du tiers de l'exercice fiscal qui a commencé le 1er avril. Le ministre des Finances, Ralph Goodale, a en effet démontré au début de la semaine jusqu'à quel point les chiffres couvrant toute l'année financière pouvait refléter une autre réalité, quand il a annoncé un maigre surplus de 1,6 milliard pour l'exercice fiscal 2004-05 qui a pris fin le 31 mars.

Les dépenses de plusieurs milliards de dollars qui ont dû être faites à la fin de l'année ont fait en sorte que l'excédent budgétaire a largement été inférieur aux prévisions du secteur privé.