Goodyear entend fermer des usines de pneus en Amérique du Nord

New York — La compagnie Goodyear Tire & Rubber entend fermer un nombre indéterminé d'usines, dans le cadre d'une restructuration de ses activités nord-américaines de pneus.

La direction de Goodyear, dont le siège social est établi à Akron, dans l'État de l'Ohio, n'a pas précisé hier combien d'emplois seront ainsi supprimés. Elle n'a pas non plus indiqué combien et quelles usines seront touchées, se contentant de dire qu'elle viserait en premier lieu les installations dont les coûts de production sont élevés.

Goodyear souhaite ainsi réduire de 8 à 12 % sa capacité de production dont les coûts sont jugés élevés, ce qui devrait générer des économies annuelles de 100 à 150 millions $US. Parallèlement, Goodyear entend accroître la production provenant d'Asie et mettre en place d'autres mesures visant à améliorer la productivité.

Au Québec

Au Québec, Goodyear exploite une usine de pneus à Valleyfield, où elle a procédé en décembre dernier à 250 mises à pied, ramenant ainsi son effectif à environ un millier d'employés. Cette usine est considérée comme vétuste et les employés réclament depuis longtemps qu'on y investisse. Goodyear exploite également une usine de produits moulés et extrudés en caoutchouc à Québec et une autre qui fabrique des boyaux industriels et commerciaux à Saint-Alphonse de Granby.

Un porte-parole de Goodyear a dit qu'il est encore trop tôt pour identifier les installations canadiennes qui pourraient être touchées.

«Il est clair que la rentabilité de nos actifs en Amérique du Nord est présentement inférieure à nos attentes. Notre objectif est d'atteindre un niveau de rentabilité satisfaisant pour chacune de nos usines», a ajouté le président de la division nord-américaine de pneus, Jonathan Rich.

M. Rich a précisé que la direction de Goodyear va dans un premier temps identifier ses installations les moins productives, qui feront ensuite l'objet d'améliorations ou tout simplement d'une fermeture.