Rita menace les raffineries - Le pétrole repart à la hausse

Galveston, au Texas, est évacué à l’approche de Rita. La région concentre 25 % des capacités de raffinage américaines, soit 4,5 millions de barils par jour.
Photo: Agence France-Presse (photo) Galveston, au Texas, est évacué à l’approche de Rita. La région concentre 25 % des capacités de raffinage américaines, soit 4,5 millions de barils par jour.

New York — Le pétrole brut a clôturé en hausse hier à New York, les investisseurs attendant des précisions sur le trajet du cyclone Rita, désormais classé en catégorie 5, et qui semble pour l'instant s'orienter vers Houston, une région qui abrite de nombreuses raffineries.

Sur le New York Mercantile Exchange (Nymex), le baril de light sweet crude pour livraison rapprochée en novembre a gagné 60 ¢US, à 66,80 $US. À Londres, le baril de Brent de la mer du nord pour livraison en novembre a fini en hausse de 53 ¢US, à 64,73 $US.

Le contrat d'essence pour livraison rapprochée en octobre a progressé de 7,65 ¢US, à 2,0531 $US le gallon, après une baisse de 6,61 ¢US la veille.

Les cours du brut avaient d'abord ouvert en forte hausse de 1,80 $US à New York, dopés par le classement de Rita en catégorie 4, annoncé un peu plus tôt par le Centre national des ouragans (National Hurricane Center, ou NHC). Ils avaient ensuite réduit leur hausse après la publication de stocks américains d'essence et de produits distillés meilleurs que prévu. «Ces chiffres [des stocks d'essence] ont été une surprise», avait indiqué Marshall Steeves, analyste chez Refco. «Mais avec Rita approchant des côtes du golfe du Mexique, des raffineries vont être à nouveau fermées», avait-il nuancé.

Finalement, les cours ont progressé de 60 ¢US sur la journée, les investisseurs attendant d'en savoir plus sur Rita. «Il y a eu une hausse substantielle mais les investisseurs attendent de voir comment le cyclone se développe», notait John Kilduff, analyste chez Fimat. «Dès que le trajet de Rita sera plus clair, les prix du pétrole réagiront en conséquence, à la baisse ou à la hausse», a-t-il ajouté.

Catégorie 5

Le cyclone a pénétré dans le golfe du Mexique où les eaux plus chaudes ont gonflé sa puissance. Il a été classé en catégorie 5, niveau le plus élevé sur l'échelle Saffir-Simpson avec des vents de 265 km/h dans le golfe du Mexique.

Rita devrait toucher la côte tôt samedi au niveau de Galveston, au Texas, à 65 km au sud-est de Houston. La projection de trajectoire élaborée par le Centre national des ouragans pourrait toutefois être révisée, le cyclone Rita pouvant virer vers l'est et menacer une nouvelle fois la Louisiane.

«La zone de Houston concentre 25 % de nos capacités de raffinage, soit 4,5 millions de barils par jour», a souligné Fadel Gheit, analyste chez Oppenheimer. «Or quand, des raffineries sont endommagées, elles ne reprennent pas leur activité très rapidement», a-t-il ajouté, soulignant que certaines raffineries étaient toujours paralysées à la suite du passage de Katrina.

Selon les dernières estimations de l'agence fédérale Minerals Management Services publiées hier, la production pétrolière du golfe du Mexique était inférieure de 73,2 % à son niveau habituel, à la fois à cause du passage de Katrina et des évacuations préventives à l'approche de Rita.