Au moins deux offres de prise de contrôle pour PetroKazahkstan

Londres — PetroKazakhstan, une société pétrolière de Calgary, fait l'objet d'au moins deux offres de prise de contrôle, dans le cadre d'un encan dont la date limite avait été fixée à lundi.

Selon des sources, les offres déposées proviennent de PetroChina, le plus important producteur chinois de pétrole, ainsi que d'une coentreprise formée de la société indienne ONGC Videsh et d'une compagnie contrôlée par le milliardaire Lakshmi Mittal, un industriel indien qui vit maintenant à Londres.

«Nous venons de déposer notre offre dans l'intention d'acquérir toutes les actions de PetroKazakhstan», a confirmé en entrevue un haut dirigeant d'ONGC.

Le plus important producteur russe de pétrole, OAO Lukoil, que plusieurs considéraient comme un repreneur potentiel de PetroKazakhstan, a fait savoir qu'il n'a pas pris part à l'encan organisé par la firme Goldman Sachs.

Une information émanant ce week-end de médias britanniques laissait croire qu'une autre société chinoise, China Petroleum & Chemical (également connue sous le nom de Sinopec), entendait présenter une offre. Cette information n'a pu être confirmée.

La direction de PetroKazakhstan a pour sa part fait savoir, dans un communiqué transmis lundi soir à la demande de la Bourse de Toronto, que «la compagnie est engagée dans un processus d'évaluation [...] de propositions et qu'elle s'attend à ce que les discussions se poursuivent avec les parties intéressées».

L'action de PetroKazakhstan s'est appréciée de plus de 60 % au cours des trois derniers mois, en raison des rumeurs de prise de contrôle. Au cours de la seule séance de lundi, le titre a gagné 2,21 $ ou plus de 4 % à la Bourse de Toronto, pour clôturer à 54,21 $.

Certains analystes croient que le prix de vente pour la société de Calgary ne pourra dépasser de beaucoup les 4 milliards $US, en raison des nombreuses réclamations dont elle fait l'objet pour des arriérés d'impôts ou des poursuites intentées devant les tribunaux.

Ces analystes estiment également que le processus de mise en vente par encan pourrait se prolonger jusqu'en septembre et même au-delà.

La société d'État de pétrole et de gaz de l'ancienne république soviétique du Kazakhstan, KazMunaiGaz, a fait savoir la semaine dernière qu'elle décidera au cours du prochain mois si elle présentera une offre.