La valeur des permis de construction a chuté de 2,6 % en avril

Ottawa — La valeur des permis de construction délivrés par l'ensemble des municipalités canadiennes a chuté de 2,6 % en avril, pour atteindre cinq milliards, a indiqué Statistique Canada hier.

Malgré tout, les intentions de construction ont été de 8,9 % supérieures au seuil mensuel moyen maintenu en 2004, qui s'est avérée une année record.

Dans le secteur de l'habitation, les municipalités ont émis pour 3,2 milliards de dollars de permis, soit 7,8 % de plus qu'en mars, grâce à des hausses du côté des logements unifamiliaux et multifamiliaux. Cette augmentation survient à la suite d'une baisse de 12 % en mars.

Dans le secteur non résidentiel, la valeur des permis a cependant chuté de 16 % pour s'établir à 1,9 milliard. Cette baisse est survenue après un mois record en mars, où la valeur des permis s'est établie à 2,2 milliards. Statistique Canada attribue la diminution à un repli dans les composantes commerciale et institutionnelle.

Au Québec, la valeur totale des permis de bâtir a augmenté de 12,1 %, passant de 828,4 millions à 928,8 millions. D'ailleurs, les augmentations les plus élevées au pays au chapitre de la construction résidentielle ont été enregistrées au Québec et en Colombie-Britannique, note Statistique Canada. L'Ontario subissait une perte de 4,3 %.

Certaines municipalités s'en sont mieux sorties que d'autres. Ainsi, Saguenay, Trois-Rivières et Sherbrooke enregistrent des gains respectifs de 47,6 %, 69,8 % et 42,6 %. À Montréal, l'augmentation de la valeur des permis a grimpé de 10 %. À Québec et à Gatineau, la valeur des permis dégringolait respectivement de 20 % et de 17 %.