Wal-Mart veut rassurer ses actionnaires

Fayetteville — Les dirigeants du géant Wal-Mart ont profité de l'assemblée annuelle des actionnaires hier pour tenter de convaincre ceux qui veulent une amélioration des conditions sociales au sein de l'entreprise et ceux qui misent avant tout sur les résultats financiers que la société est sur la bonne voie.

Les dirigeants ont notamment fait valoir que l'entreprise grossit et qu'elle tente d'étendre sa clientèle.

Claire Watts, la vice-présidente exécutive responsable des lignes de produits, a expliqué que Wal-Mart sillonne le monde pour développer ses lignes de mode, dont la compagnie a fait une de ses priorités.

Wal-Mart offre davantage de produits chers, mais garde toujours ses lignes bas de gamme pour sa clientèle de base — dont 20 % n'ont pas de compte-chèques.

Pour sa part, le p.-d.g. de Wal-Mart, Lee Scott, affirmé que la chaîne est déterminée à garder sa clientèle de base, mais il a mentionné qu'il veut voir davantage de gens de la classe moyenne acheter les vêtements et les objets pour la maison qu'ils n'achètent pas lorsqu'ils se dirigent vers les allées où se trouvent la nourriture et les essuie-tout.

M. Scott a également dit qu'il voulait arriver à intéresser une troisième catégorie de clients, ceux qui ont de bons revenus et qui ne magasinent jamais chez Wal-Mart. «Soyons honnêtes, les clients bien nantis apprécient également d'économiser de l'argent. Nous pensons qu'il y a de la place pour eux chez Wal-Mart.»

Le redressement du cours du titre de la compagnie est un autre défi. Celui-ci a chuté de 20 % depuis 2004. Hier, il a perdu 87¢US à la Bourse de New York, pour clôturer à 47,35 $ US.

Le p.-d.g. a reçu deux ovations de la part des actionnaires, notamment lorsqu'il a mis fin à l'assemblée en promettant que la compagnie continuera de se battre contre ses critiques.

M. Scott a souligné que les opposants à Wal-Mart sont bien financés — il a parlé d'une opération anti-Wal-Mart de 25 millions $US — et a dit que les employés étaient surveillés.

«Nous sommes la cible d'une des campagnes les plus organisées, les plus sophistiquées et les plus dispendieuses jamais lancées contre une société», a dit le p.-d.g., en ajoutant que les syndicats et d'autres groupes sont impliqués dans l'opération. «Cela signifie que nous allons continuer d'être jugés selon des critères plus élevés que les autres entreprises. Les choses sont comme cela. Et pour cette raison, il est plus important que jamais que nous fassions les bonnes choses et que nous fassions les choses comme il faut, tout le temps.»

Une féministe, Martha Burk, la présidente du Conseil national (américain) des organisations de femmes, a également eu droit à des applaudissements à l'assemblée des actionnaires de Wal-Mart, alors qu'elle critiquait le fait que seulement deux des 14 membres du conseil d'administration sont des femmes. Mme Burk, qui s'est présentée elle-même comme une actionnaire de Wal-Mart de deuxième génération, a eu droit à d'autres applaudissements lorsqu'elle a dit que la compagnie devrait fournir les détails sur sa situation en termes de race et de sexe, et sur la façon dont ses options sur actions sont distribuées. «Wal-Mart a la chance d'innover en termes d'information aux actionnaires», a affirmé Mme Burk, en expliquant sa proposition. La proposition de Mme Burk et sept autres ont été rejetées par les actionnaires, a, de son côté, indiqué le président du conseil de Wal-Mart, Rob Walton, à la fin de la rencontre.