Marchés boursiers - L'emploi fait baisser New York

La Bourse de Toronto a terminé avec un gain, hier, alors que le cours du pétrole remontait en haut des 55 $US pour la première fois depuis la fin d'avril.

Ainsi, l'indice S&P/TSX a avancé de 44,53 points à 9671,17. L'indice gagne 51,81 points sur la semaine. Le dollar canadien était quant à lui en hausse légère, de cinq centièmes, à 80,16 ¢US.

Par contre, le marché américain a dû déplorer un résultat faible de l'embauche en mai, le département du Travail annonçant la création de 78 000 emplois alors que la prévision en attendait jusqu'à 180 000. C'est la plus faible avancée de l'emploi depuis août 2003. Par ailleurs, le taux de chômage est descendu de 0,1 à 5,1 %, soit à son niveau le plus bas depuis septembre 2001.

Cet état des lieux suggère néanmoins au public investisseur que la Réserve fédérale pourrait mettre fin aux hausses des taux d'intérêt. Il y a eu, en effet, huit augmentations consécutives de la part de la banque centrale, amenant le taux directeur à 3 %.

Un autre élément, le faible bilan de l'activité manufacturière, pourrait convaincre la Réserve fédérale d'adopter une seule autre augmentation avant d'amorcer une pause. Le marché des obligations, où le bon du Trésor à 10 ans a clos avec un faible gain à 3,98 %, apparaît comme une autre raison de ne plus toucher aux taux. Le marché des obligations recule «car il prévoit un ralentissement de l'économie», croit John Forelli, d'Independence Investment, à Boston.

Au Mercantile Exchange, de New York, le brut de référence s'est apprécié de 1,40 $US, à 55,03 $US le baril, en dépit de l'ajustement à la hausse, jeudi, des réserves nationales.

À Wall Street, le Dow Jones des 30 industrielles a largué 92,52 points, à 10 460,97, et le S&P 500 a glissé de 8,24 points, à 1196,05.

Financement pour les Ailes

Le Groupe les Ailes de la mode, qui exploite quatre grands magasins ainsi que la chaîne de boutiques de maillots Bikini Village, a laissé savoir, hier, qu'il avait réussi à obtenir 3,2 millions afin de financer ses activités des prochains mois.

Les investisseurs qui avaient participé à son plan de relance de l'été dernier ont en effet accepté d'acheter pour 1,7 million de débentures subordonnées garanties avec un coupon de 8 %, auxquelles sont liés 1,7 million de bons de souscription d'actions dans le cadre d'un placement privé. Ces obligations viendront à échéance dans 18 mois.

L'un des membres du groupe, dont l'identité n'a pas été dévoilée, a par ailleurs consenti à prêter 1,5 million à un taux de 10 % à la société fondée par Paul Delage Roberge. Ce prêt garanti par une hypothèque de second rang sur les locaux du siège social du groupe, à Boucherville, devra être remboursé en deux versements égaux, le 1er décembre 2005 et le 10 janvier 2006.

Dans un communiqué, l'entreprise a précisé qu'elle continuait par ailleurs à étudier «d'autres mesures financières et opérationnelles afin de répondre à ses besoins financiers à plus long terme et d'appuyer ses objectifs stratégiques».

Le Groupe les Ailes de la mode, qui emploie environ 1300 personnes, a déclaré une perte de 1,5 million sur des ventes de 33,4 millions pour son quatrième trimestre 2004. Ses ventes comparables (qui ne tiennent compte que des magasins conservés par le groupe) sont en baisse de 2,2 % pour la division des maillots et de 32,4 % pour la division Les Ailes de la mode.