Le patron de la SEC démissionne

Le départ anticipé de William Donaldson, dont le mandat expire en 2007, alimentait les rumeurs depuis plusieurs mois.
Photo: Agence France-Presse (photo) Le départ anticipé de William Donaldson, dont le mandat expire en 2007, alimentait les rumeurs depuis plusieurs mois.

Washington — Le patron du gendarme américain de la Bourse (SEC), William Donaldson, a démissionné de ses fonctions hier après de virulentes critiques des milieux d'affaires.

La décision prendra effet le 30 juin prochain, a précisé la Securities and Exchange Commission dans un communiqué

L'information avait été dévoilée un peu plus tôt sur le site du quotidien The Wall Street Journal, puis confirmée à mots couverts par un porte-parole de la Maison-Blanche, indiquant que M. Donaldson avait fait part de ses intentions.

«Bien qu'il restera toujours plus de travail à faire pour préserver et améliorer l'intégrité des entreprises et des marchés de notre pays, je crois que le temps est venu pour moi de quitter mon poste et de retourner au secteur privé et à ma famille», a écrit M. Donaldson dans le communiqué de la SEC.

Le départ anticipé de M. Donaldson, dont le mandat expire en 2007, alimentait les rumeurs depuis plusieurs mois, des critiques s'accumulant sur sa gestion de la SEC.

Fort de 45 années d'expérience dans le monde des affaires, M. Donaldson avait pris la direction de la SEC en février 2003, en remplacement de Harvey Pitt, dont la gestion erratique avait précipité le départ.

Ami de la famille Bush, M. Donaldson a souvent laissé entendre qu'il resterait à son poste tant que le président des États-Unis le souhaiterait. Mais le fondateur de la prestigieuse école de gestion et de commerce de l'université de Yale a suscité ces derniers mois l'inquiétude dans les milieux d'affaires et les cercles politiques en se montrant très zélé en matière de régulation.

Réponse de l'intéressé à cette critique: «Quand j'ai pris la présidence de la SEC il y a environ deux ans et demi, la confiance de l'opinion publique était sévèrement entamée, reflet des scandales financiers qui avaient secoué le pays», a-t-il écrit dans le communiqué de la SEC. «Grâce aux efforts de nombreux professionnels qui travaillent à la SEC, cette époque [le mandat de Donaldson] a représenté une période extrêmement active et efficace pour l'institution», a-t-il souligné, avant d'ajouter que la période de son mandat «restera comme l'une des plus conséquentes et productives de l'histoire de la Commission depuis sa fondation en 1934».

Parmi les faits d'armes de son mandat qui ont poussé M. Donaldson vers la porte de sortie, il faut compter le projet très controversé de refonte de certaines règles de fonctionnement du marché boursier américain, qu'il a soutenu le mois dernier, suscitant l'ire des républicains et le rejet de ses appuis au congrès.

L'autorité de régulation boursière a par ailleurs accumulé des points négatifs ces dernières semaines concernant la gestion de son budget et certains manquements dans des contrôles financiers internes, deux points sur lesquels la SEC épingle avec sévérité les entreprises américaines.