TD Waterhouse négocie une fusion avec Ameritrade

Toronto — Le Groupe financier Banque TD a confirmé hier qu'il mène des négociations formelles avec la société Ameritrade Holding. L'annonce pourrait signifier qu'une fusion entre le courtier américain et la filiale américaine du groupe bancaire canadien, TD Waterhouse USA, pourrait être imminente.

La nouvelle arrive à peine cinq jours après que le p.-d.g. de TD, Edmund Clark, eut exprimé sa déception face à la consolidation des activités de la division américaine de courtage à tarifs réduits qui cherche un repreneur potentiel depuis 2003.

«Nous respectons les pratiques de divulgation des informations de l'industrie, alors il était prévu que cela [les pourparlers] devrait être divulgué. Alors, nous l'avons fait», a indiqué un porte-parole du groupe TD, Neil Parmenter, en refusant toutefois de préciser quelque échéancier que ce soit.

Une entente entre les deux firmes, sur lesquelles des rumeurs courraient depuis un certain temps, a déjà été estimée à deux ou trois milliards $US.

Alliance recherchée

Ce n'est pas la première fois que TD flirte avec l'idée de fusionner sa division américaine. En octobre 2003, M. Clark avait dit aux analystes financiers que TD serait prêt à posséder moins de 50 % de sa division américaine de courtage si une fusion avait lieu avec un partenaire américain. Hier, il n'était pas encore clair quelle compagnie acquerrait l'autre, mais les analystes ont suggéré qu'Ameritrade achèterait Waterhouse.

Les firmes de courtage en ligne font face à passablement de pressions provenant de la faiblesse des marchés boursiers et des volumes d'échanges — qui ne reviennent pas au niveau des beaux jours de la fin des années 1990.

Cette situation fait que les firmes de courtage à rabais se démènent pour contrôler leurs coûts en même temps qu'elles sabrent dans leurs tarifs pour faire face à la concurrence toujours très vive.

«Si vous pouvez fusionner vos activités avec celles d'un concurrent, alors vous pouvez éliminer beaucoup de coûts», estime Brenda Lum, directrice du secteur des institutions financières canadiennes chez Dominion Bond Rating Service.

La baisse des volumes d'échanges a grugé les profits de TD, mais une fusion avec Ameritrade permettrait des économies d'échelle, selon Mme Lum. «Les indicateurs du secteur sont assez bons pour le long terme.»