Air Canada redéploie sa desserte chinoise

Applaudissant au nouvel accord bilatéral permettant de tripler le marché aérien entre le Canada et la Chine, Air Canada a annoncé hier un vaste redéploiement de sa desserte chinoise d'ici 2006. Avec, pour cible, ce million de touristes chinois qui pourraient déferler sur le Canada depuis que ce pays est devenu le premier en Amérique du Nord à se faire accorder le statut de destination autorisée.

Le Canada et la Chine ont annoncé hier la conclusion d'un accord bilatéral permettant un élargissement des liaisons aériennes entre les deux pays. Essentiellement, l'accord pourrait aboutir à un accroissement rapide des vols, passagers et tout cargo, et à un triplement des capacités déployées sur les routes sino-canadiennes.

Réjouie, Air Canada a accueilli cet accord élargi par l'annonce de nouveaux services, passagers et fret, à destination de ce pays qui abrite «l'une des plus grandes économies du monde et parmi celles qui affichent la croissance la plus rapide», a rappelé le transporteur, dans son communiqué. On prévoit, ainsi, que la nouvelle liaison sans escale Toronto-Beijing (quatre fois la semaine à compter de juin) deviendra une desserte quotidienne en 2006. Un service quotidien sans escale Toronto-Shanghai sera également introduit à partir de l'été 2006 et une liaison quotidienne sans escale Vancouver-Guangzhou à partir de l'été 2007.

Dans le tout cargo, Air Canada offrira à compter du mois prochain un service entre Toronto et Shanghai, qui passera à une fréquence quotidienne en 2006. Le transporteur dominant au pays prévoit également l'ajout d'une deuxième desserte quotidienne Toronto-Shanghai via Vancouver à partir de 2006, d'un service quotidien Toronto-Guangzhou à compter de 2007, et l'affectation d'un avion-cargo sur Tianjin pour desservir le nord de la Chine.

«À partir de sa principale plaque tournante de Toronto, la Société offre actuellement des vols sans escale pour Hong Kong, Tokyo, Séoul et Delhi. De Vancouver, sa ville-porte pour l'Asie- Pacifique, Air Canada dessert Hong Kong, Shanghai, Beijing, Tokyo, Osaka, Nagoya et Séoul par des vols quotidiens sans escale. Avec l'introduction d'un service quotidien sans escale sur Guangzhou en 2007, Air Canada desservira davantage de destinations en Chine et avec une plus grande fréquence que tout autre transporteur nord-américain», a ajouté le transporteur.

Outre l'élargissement de l'accord bilatéral, Air Canada n'est pas sans rappeler que, le 21 janvier dernier, la République populaire de Chine reconnaissait le Canada comme une destination de voyage officiellement approuvée. Auparavant, seuls les voyageurs d'affaires et les Chinois ayant de la famille au Canada pouvaient recevoir un visa de Pékin. Avec ce statut de destination autorisée (SDA) accordé au Canada, les citoyens chinois pourront se rendre au Canada en utilisant un visa de sortie touristique.

«À l'heure actuelle, peu de voyageurs d'affaires chinois sont autorisés à se procurer un visa de sortie pour se rendre au Canada. En 2004, le nombre de visiteurs chinois ayant séjourné plus de 24 heures au Canada a atteint 77 000», a précisé Air Canada. Mais en raison de la croissance économique, de l'enrichissement et du développement d'une classe moyenne chinoise à un rythme exponentiel, l'Organisation mondiale du tourisme prévoit que, d'ici 2020, le nombre de voyageurs chinois à l'étranger atteindra les 100 millions, au rythme d'une progression annuelle de 20 %.

Pour le Canada, selon les évaluations faites à partir des précédents observés dans d'autres pays ayant reçu ce statut et publiées dans Le Devoir du 18 février 2005, l'obtention du SDA devrait permettre l'atteinte du million de visiteurs chinois dès 2010, une année qui coïncide avec la tenue des Jeux olympiques d'hiver à Vancouver.