Ford - La Five Hundred est la voiture générique de la marque américaine

Dorénavant, toutes les voitures Ford porteront des dénominations qui commencent par la lettre F (Focus, Fusion, Freestyle...). Aussi, il n'est pas question de vous parler ici de la 500, et encore moins de la cinq cent, car, d'après les gens de chez Ford, il faut écrire Five Hundred en toutes lettres, dans la langue de Bill Ford, et l'on prononcera «Faye Vaughn-Dread».

Mais, si vous voulez mon avis, Ford aurait tout aussi bien pu écrire «Automobile» sur le coffre arrière, tant il s'agit d'un produit générique, qui est à l'automobile ce que la marque sans nom est à l'alimentation. Par ailleurs, ne cherchez pas cinq cent quoi que ce soit dans la Five Hundred: elle n'a ni cinq cent chevaux, ni cinq cent pouces-cubes de cylindrée. Cinq cent rien du tout, vous dis-je!

Anti-Camry, pseudo-Audi ou simili-Volvo ?

La Five Hundred vient remplacer la Taurus, un produit qui avait totalement raté la cible lors de sa dernière refonte, en 1997, et dont les lignes tourmentées et le style «bio design» avaient vieilli prématurément. La Taurus avait pour mission de faire échec à la Toyota Camry, un combat perdu d'avance. C'est donc maintenant au tour de la Five Hundred de prendre la relève et Ford s'est assuré de lui fournir des armes que n'avait pas sa devancière, tout en la dotant de caractéristiques que la Camry n'est pas apte à offrir — un habitacle très spacieux, notamment.

La silhouette de la Five Hundred n'est pas sans rappeler celle de l'Audi A6. C'est presque du plagiat, mais les designers de Audi peuvent dormir tranquilles: la Five Hundred n'a ni le charisme, ni la finition impeccable des voitures d'Ingolstadt. Le capot bulbeux est sans doute efficace en soufflerie, mais ne fait rien pour améliorer l'apparence de la voiture. La face avant est affublée d'une version «extra-large» de la calandre de la Focus, alors que la partie arrière nous rappelle la Taurus et abrite un coffre caverneux de près de 600 litres.

Si la carrosserie n'a rien pour exciter quiconque, la plateforme mécanique sous-jacente, elle, provoquera de nombreux sourires approbateurs. Depuis le rachat de Volvo par Ford, les ingénieurs suédois sont mis à contribution dans la conception des voitures de Dearborn. On leur a donc emprunté la base mécanique de la Volvo XC90 pour l'adapter à la Five Hundred. Voilà comment, sans trop investir d'argent, on réussit à construire une voiture qui promet d'être aussi solide que sécuritaire.

Supersize Me !

À l'intérieur, par contre, vous n'avez aucune chance de vous méprendre avec une Audi. Ford a magasiné les matériaux de finition chez Wal-Mart pour une ambiance américaine du plus bel effet. La finition et l'assemblage n'impressionneront personne, mais l'habitacle est extrêmement vaste.

La Five Hundred, malgré son prix, ne vous offre que très peu des gâteries auxquelles on est en droit de s'attendre dans ce segment. Par contre, l'espace généreux qu'elle propose est un luxe en soi. D'ailleurs, les sièges semblent avoir été spécifiquement conçus pour des personnes souffrant d'obésité morbide tellement ils sont larges. De ce fait, ils n'offrent aucun support latéral. Dommage.

Moteur de base

Si certains chroniqueurs automobiles ont crié à la sous-motorisation, ce n'est pas mon opinion: le V6 Duratec de 3 litres est énergique et fournit des performances adéquates, compte tenu du marché visé. Pour favoriser l'économie de carburant, on l'a accouplé à une boîte de vitesse CVT qui procure le confort d'une boîte automatique tout en offrant le rendement d'une boîte manuelle.

Mais comme toutes les CVT, son comportement est souvent déroutant et contre-intuitif. Bien qu'elle n'ait pas été calibrée pour la conduite sportive, la suspension de la Five Hundred apporte une grande douceur de roulement, ce qui en fait une voiture très confortable pour de longs trajets. En plus, le système à traction intégrale (optionnel) rend cette voiture très sécuritaire, même en hiver. Espérons seulement que la fiabilité soit au rendez-vous, et que la réputation de la Five Hundred ne soit pas entachée par une longue série de rappels...

Pour qui ?

Même si la Five Hundred est loin d'être une mauvaise voiture, on se demande bien qui souhaitera s'en porter acquéreur. Ni ses prestations, ni sa fiche technique n'ont quoi que ce soit pour déclencher les passions. On se demande aussi pourquoi Ford a tenu à en faire un produit aussi générique et banal, surtout que la Five Hundred commande un prix de plus de 29 000 $. La version familiale de la Five Hundred, baptisée Freestyle, semble être un produit beaucoup mieux adapté à notre marché.

Terne berline pour les uns, ou Volvo au rabais pour les autres, une chose demeure certaine: avec son «charisme» consensuel, la Five Hundred remportera sans aucun doute un immense succès auprès des flottes de location de voitures. Vous pouvez donc aller l'essayer, elle est déjà disponible dans un stationnement d'aéroport près de chez vous!

FICHE TECHNIQUE FORD FIVE HUNDRED

- Moteur: V6 3,0 L

- Puissance: 203 ch

- 0 à 100 km/h: 7,9 s

- Vitesse maximale: 180 km/h (limitée électroniquement)

- Consommation: 12,3 L/100 km

- Échelle de prix: 29 300 $ (SE) à 34 600 $ (SEL 4RM)