Bombardier vend sa division de financement des stocks à une filiale de GE

Le groupe Bombardier vend la division de financement des stocks de sa filiale Bombardier Capital à GE Commercial Finance pour un montant de 825 millions $US, en plus de la prise en charge d'une dette considérable.

Le prix total obtenu par Bombardier représente une prime avant impôts de 225 millions $US par rapport à la valeur comptable de 2,2 milliards $US des actifs vendus, qui sont constitués de comptes à recevoir dans les industries des produits nautiques, des produits et véhicules récréatifs ainsi que des maisons usinées.

La transaction annoncée hier permettra de plus à Bombardier de réduire de 1,6 milliard $US sa dette liée au financement des stocks.

Quelque 280 employés basés à Colchester, dans l'État du Vermont, ainsi qu'à Brossard seront transférés à GE Commercial Finance.

Liquidation des portefeuilles

Le groupe Bombardier poursuit ainsi le processus de liquidation des portefeuilles de sa filiale Bombardier Capital, lancé en 2001 dans le but de réduire le fardeau de la dette ainsi que de rétablir à ses niveaux d'antan la rentabilité de la multinationale montréalaise. En août 2003, Bombardier avait cédé à cette même filiale du géant américain GE son portefeuille de financement des avions d'affaires. Bombardier avait alors obtenu 339 millions $US, soit un prix qui correspondait alors à la valeur comptable des actifs cédés.

GE Commercial Finance, dont le siège social est établi à Stamford au Connecticut, a des actifs de plus de 230 milliards $US.

La direction de Bombardier a précisé que Bombardier Capital poursuivra ses activités de financement provisoire, bien que la liquidation des portefeuilles ne soit pas terminée. La société a ainsi indiqué que le portefeuille de crédit-bail pour wagons devrait être vendu.

En date du 31 janvier, soit à la fin du plus récent exercice, la dette de Bombardier atteignait 6,9 milliards $US.

Au cours du dernier exercice, Bombardier a réduit de 45 % la valeur du portefeuille de sa division Capital. Celle-ci a généré des revenus de 426 millions $US, en baisse par rapport aux 493 millions $US de l'exercice précédent, ainsi qu'un bénéfice d'exploitation de 29 millions $US. L'automne dernier, les agences de notation de crédit avaient décoté la dette du groupe Bombardier ainsi que de sa filiale Capital.