Brascan est prêt à investir 1,35 milliard pour le refinancement de Stelco

Toronto — Le syndicat des Métallurgistes unis d'Amérique a conclu une entente avec le conglomérat Brascan en vertu de laquelle celui-ci s'engage à investir 1,35 milliard pour le refinancement de Stelco.

L'accord conclu avec Brascan, annoncé hier par le syndicat, permettrait notamment de renflouer le fonds de retraite des employés ainsi que de rembourser 100 millions aux créanciers de la société sidérurgique qui s'est placée en janvier 2004 sous la protection de la Loi sur les arrangements avec les créanciers des compagnies (LACC).

La direction de Stelco n'a pas immédiatement réagi à l'annonce de l'entente entre Brascan et le syndicat. Stelco a obtenu le 30 mars dernier l'aval de la Cour supérieure de l'Ontario pour son projet de procéder à une restructuration par ses propres moyens, en amassant des fonds sur les marchés financiers. Quelques semaines plus tôt, l'entreprise avait rejeté quatre offres de rachat ou refinancement qui lui avaient été présentées.

Le président de l'une des sections locales du syndicat, Bill Ferguson, a précisé que l'entente a été conclue avec Tricap Management, une filiale de Brascan spécialisée dans les restructurations d'entreprises. «Tricap nous fournira des services-conseils et, quand il le faudra, une aide financière afin d'aider le syndicat dans le processus de préparation, de négociation et de mise en oeuvre d'un plan qui sera acceptable pour les Métallurgistes unis et qui permettra à Stelco de s'affranchir de la protection de la LACC», a dit M. Ferguson.

L'accord conclu avec Tricap prévoit notamment un crédit renouvelable de 600 millions dont bénéficiera Stelco, ainsi qu'un prêt à terme de 350 millions. Tricap offrirait de plus un crédit de sûreté de 400 millions dans l'attente des rentrées de fonds provenant d'une émission d'actions à l'intention des parties intéressées.

De la somme totale de 1,35 milliard, une part de 750 millions pourrait être utilisée par Stelco pour investir dans ses installations ou pour ses affaires courantes. La direction de Stelco a déjà fait savoir qu'elle entendait, dans le cadre de son plan de relance, procéder à une modernisation de ses principales aciéries, situées à Hamilton et Nanticoke en Ontario.